Fan de skate

Conte - A partir de 6 ans

  • Auteur : Classes CM1-CM2 de Couffouleux

L'histoire du conte "Fan de skate"

Fan de skate

de

Rémy, Kévin et Anthony Les histoires des cm1-cm2
de Couffouleux

Salut, je m'appelle Max. Je vais te raconter une aventure qui m'est arrivée à moi et à mes copains il y a deux ans.
On était en quatrième. Tout a commencé chez Jenifer: Jenifer, Thomas et moi étions tranquillement en train de faire du skate.
" - Pousse-toi triple idiot ! " dit Jenifer.
Jenifer et Thomas ne s'étaient jamais très bien entendus. Tout d'un coup, mon portable sonna :
- " Allo... quoi ? Vous plaisantez, j'espère... Ah bon. "
Je raccrochai aussitôt. Je racontai alors la mission que l'on venait de nous confier : il fallait empêcher des druides maléfiques de conquérir le monde.
- " Pourquoi ils ne font pas appel à la police ? demanda Thomas.
- Parce qu'ils sont trop nuls pour cette mission ? " répondit Jenifer.
Aussitôt, Thomas, Jenifer et moi sortîmes sur nos skates. Nous arrivâmes bientôt dans la forêt de Minnesota. Nous vîmes une luciole magique.
- " C'est vous qui avez été choisis pour empêcher la conquête du monde ? , dit la luciole.
- Oui, dit Jenifer, l'air méfiante.
- Il faut que je vous dise : il faudra que vous passiez plusieurs obstacles. Le dernier sera un géant qui vous conduira jusqu'aux druides. Bon, maintenant je dois vous laisser. Bonne chance. "
A peine les trois ados avaient-ils dépassé un petit pont suspendu au-dessus d'un étang qu'ils virent dix petits lutins à l'air malicieux. L'un des lutins se mit devant les autres. Il portait des lunettes, un bonnet rouge et un ensemble vert.
- " Je ne vous conseille pas de faire un pas de plus ! " leur dit-il.
Les trois ados se moquèrent de lui :
" - Ha, ha, ha, qu'on a peur ! "
Le lutin s'énerva.
" - T'énerve pas ! " dit Jenifer.
Il sauta au cou de Thomas et l'étrangla. Terrifié, je pensai que c'était l'un des obstacles. Alors, je dis:
- " Arrête, je te propose une épreuve. "
Le lutin s'arrêta net, puis il dit :
- " Tu es sûr de ce que tu dis ?
- Ben oui.
- C'est quand vous voulez.
- Qu'est-ce qu'il faut faire ? " demanda Jenifer.
Le lutin réfléchit longuement et dit enfin :
- " Vous voyez ces deux arbres ?
- Oui, dirent Jenifer et Thomas.
- Eh bien, le premier arrivé en haut a gagné.
- Quoi, ça va pas, ils sont presque aussi hauts qu'une montagne.
- Si c'est vous qui gagnez, vous pourrez passer. Si c'est nous, nous vous mangeons ? "
Jenifer se porta volontaire face à un autre lutin.
Nous lui criâmes : - " Allez Jenifer "
Jenifer était presque au bout. Elle arriva dix secondes avant le lutin. Enfin, le chef des lutins avoua qu'on avait gagné.
Nous marchâmes pendant au moins cinq jours sans rencontrer d'obstacle.
- " J'en ai marre de marcher. J'ai les pieds en compote, dit Thomas.
- Arrête de te plaindre ! "
Soudain, nous vîmes une ferme avec une inscription : " Ferme Maurel ". Le vieux Maurel sortit avec une carabine et dit :
- " Sortez de ma propriété, bande de voyous ! "
Puis il tira un coup... en l'air bien sûr. Jenifer dit toute seule :
- " Il va falloir encore passer une autre épreuve mais cette fois avec un vieux fou. "
Elle eut soudain une excellente idée. Elle dit au vieux fou :
- " Pouvez-vous m'aider à faire mes lacets ? "
Il s'approcha, lui fit ses lacets. Jenifer lui donna un coup de coude sur la nuque. Le voilà sonné.
- " Bravo Jenifer! "
Nous ramassâmes monsieur Maurel et le cachâmes sous une botte de foin. Nous passâmes la baraque de monsieur Maurel puis nous marchâmes très très longtemps. Nous passâmes plein d'obstacles. Un jour, la luciole réapparut.
- " Je vois que vous êtes plus forts que je ne le pensais. Le géant n'est pas loin d'ici. "
Puis, elle disparut. Nous vîmes le géant. Il avait une queue et deux cornes de vaches, une sorte de mutant, quoi. Il dit :
- " Je vais vous écrabouiller, vermines. "
Il essaya de m'écraser. Je courus, courus. J'aperçus un pont suspendu. Je courus, faisant un détour.
- " Imbécile, tu l'as tué, il ne pourra pas nous conduire aux druides. " dit Thomas.
Jenifer eut soudain une idée. Elle dit :
" - Ne bougez pas, je reviens. "
Elle courut, courut pendant plusieurs jours. Elle arriva à la ferme Maurel. Pendant ce temps, nous étions inquiets.
" - Je ne sais pas si on a eu raison de la laisser partir. "
Jenifer sortit monsieur Maurel de la botte de foin, prit son fusil, lui détacha les pieds et l'obligea à la guider jusqu'aux druides. Ils empruntèrent un raccourci que Maurel connaissait. Thomas et moi les rejoignîmes. Un peu plus tard, nous étions en train d'espionner les druides. Ils étaient autour d'une pierre, l'un d'eux dit :
" - ALABACAZAM, que les portes de la conquête s'ouvrent. SOOMSIQUADA. "
Soudain, une lueur bleue apparut à travers la porte. Les quatre druides passèrent dans la lueur bleue et ils disparurent. Nous décidâmes de les rejoindre. Il fallait faire vite. Où étaient-ils ? Que voulaient-ils faire ? Jenifer et moi étions passés devant mais Thomas n'avait pas réussi à entrer car la porte s'était refermée derrière nous.
Tout d'abord, Jenifer et moi tournions dans tous les sens parmi des milliers de couleurs. Plus tard, nous nous réveillâmes dans une sorte de rue en ruine. Il faisait nuit et contrairement à l'autre côté de la porte, nous marchions pendant des heures espérant que la luciole magique apparaîtrait.
Tout à coup, je vis une machine qui nous visait. A l'intérieur, il y avait une sorte d'extraterrestre. Il nous tira dessus. J'esquivai le laser noir. Je le regardai traverser la rue : un chat qui passait par-là fut touché par le laser qui le transforma en pièce de cinquante cens. Jenifer la ramassa, la mordit et dit :
- " C'est pas du toc "
Bien sûr, elle la garda. Soudain mon portable sonna. Le cerveau de l'extraterrestre explosa. La sonnerie avait sûrement dû lui faire peur. Je souris et répondis :
- " Allo,
- Allo Max.
- Ah Thomas, c'est toi. Heureusement que tu m'as appelé.
- Pourquoi ?
- Je t'expliquerai plus tard. Vas-y, je t'écoute.
- Eh bien, figure-toi qu'après que vous soyez passés à travers la lueur bleue avec Jenifer, j'ai lu sur un morceau de la pierre du druide que celui qui connaissait la formule magique de la porte entrerait dans un monde parallèle au nôtre et que dans ce monde, s'il trouvait un médaillon vert, le monde lui appartiendrait et cela provo... "
Tout à coup, mon portable coupa. Peu après, je sautai dans la machine de l'extraterrestre, suivi de Jenifer. La machine s'envola. Un instant plus tard, nous vîmes une maison dont les lumières étaient allumées. Par un gros trou, je vis le médaillon vert puis, sans réfléchir, je tirai dessus. Le médaillon se fendit. Je tirai une deuxième fois et il éclata. Les druides étaient tellement en colère que leurs yeux devinrent rouges. L'un d'eux prit une arme et nous tira dessus. Nous fûmes protégés par l'appareil. Pendant ce temps, Thomas était allé couper un morceau de bois avec son canif. Il se retourna vers monsieur Maurel.
" - Le lâche, il a fui. "
Soudain, il nous vit repasser à travers la lueur bleue avec la machine. La machine commença à fondre. J'en profitai pour tirer sur la porte qui se détruisit.
Deux semaines plus tard.
" -Voilà une nouvelle affaire résolue, dit Thomas.
- Tu n'aimerais pas que l'on y retourne pour...
- Ah non, ne m'en parle plus ! ! "

©1995-2001 -

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh