Greg

Conte - A partir de 10 ans

  • Auteur : Koc, 15

L'histoire du conte "Greg"

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

Greg par Koc, 15 ans

juillet 2001

Le sourd bruit des gouttes qui tombaient dans la gouttière le réveilla brusquement. Le temps, maussade et froid l'avait doucement bercé jusqu'à son assoupissement total. Ça lui avait fait du bien de se reposer un peu. Il avait peu dormi ces derniers temps. Pas de quoi s'inquiéter, même si ce n'était pas courant à son âge. Vingt-six ans et il ne dormait que deux ou trois heures par nuit. Il avait tout essayé. Les calmants n'y faisaient strictement rien et le lait chaud avant de dormir le dégoûtait plus qu'autre chose. Il avait même consulté un médecin, mais il disait que ça lui passerait un jour. Un incompétent, encore un...
Il se leva de son vieux fauteuil acheté d'occasion et se promit que dès qu'il le pourrait, il irait s'acheter une cassette "des bruits de la mer" au marché du coin. Ça marcherait peut-être et qui sait, il réussirait peut-être un soir à dormir plus de quatre heures. Les cafés avaient été rayés de son vocabulaire, comme toutes ses cochonneries à la caféine...
Sa vie n'était que désert. Sa femme, Nathalie venait de le quitter pour Mid Klo, son soi-disant ami. Aucun enfant, plus de parents et des amis qui le fuyaient. L'insomnie l'avait rendu invivable et pas qu'aux yeux de ses anciens amis. Tout le monde le fuyait, même son chien. Il s'était échappé, le mois dernier. Ça le faisait sourire. Un vrai désastre sa vie...
C'était peut-être aussi à cause de sa vie. Il était aux pompes funèbres. Le seul idiot à avoir accepté ce boulot dans ce minuscule patelin de mille habitants. Castedin que ça s'appelait. Greg n'était même pas foutu de repérer ça sur une carte, alors les étrangers et les touristes...
Il se leva et téléphona à son répondeur. Comme d'habitude, il n'y avait jamais aucun message. Les morts ne faisaient pas la queue devant chez lui. Si ça continuait, il allait devoir fermer boutique. Mais il s'en fichait.
Prochain projet qu'il allait accomplir et sûrement le dernier. Cambrioler ses voisins. Il en avait marre de cette vie qui ne l'amusait plus et comme il n'arrivait plus à dormir, il allait embêter ses voisins. Et s'il se faisait arrêter, il n'avait rien à perdre. Il ne se rappelait même plus quand il avait eu cette idée... Ça n'avait plus d'importance maintenant. Ce soir serait le commencement d'une nouvelle vie, pleine de danger et de joie.
Il avait bien calculé son coup. Les voisins, étaient partis pour deux bonnes heures et donc personne pour l'embêter. Il crocheta du mieux qu'il put la serrure qui lui résistait. Mais les doigts qui avaient manipulé des cadavres pendant plusieurs mois n'en avaient que faire d'un vivant et il tua littéralement la serrure. Ses mains gantées et un tournevis avaient suffi à assassiner une pauvre serrure sans défense.
Il entra lentement dans l'appartement noir. Pas un bruit. Juste le tic-tac de l'horloge qui rompait le silence. Ses chaussures faisaient du bruit, un bruit affreux. Il referma la porte derrière lui et alluma sa lampe de poche. Assez puissante pour l'éclairer, mais pas assez pour gêner les autres voisins. Il prit diverses choses, surtout des babioles sans importance. Tout ce qui lui semblait marrant sans être trop encombrant pour lui. Il était déjà venu ici. Les gentils voisins qu'il avait s'étaient montrés coopératifs en lui montrant les lieux...
Il arrêta tout mouvement. Greg avait entendu du bruit. Pas un bruit fait par lui, un bruit pas assez puissant et très lointain. Un froissement de feuille, ou de papier. Il tendit l'oreille, puis comme il n'entendit plus rien, continua son marché. Il était heureux et excité.
" Viens avec nous, Greg, rejoins-nous. On t'attendait depuis longtemps. "
Il ne fit pas attention à cette voix, sulfureuse. Un truc encore causé par ses insomnies. Il entendait parfois des voix et avait appris à ne plus les écouter... Mais celle-ci était plus forte, plus intense. Plus attirante.
" Viens, Greg, entre dans cette pièce. Entre et commence ainsi ta nouvelle vie. Greg, rejoins-nous!"
Il s'arrêta de nouveau. Pris de panique, à présent il avait peur. Une peur atroce. Ce n'était plus dans sa tête. Ça venait de dehors, de la salle de bains plus précisément. Un désir intense essaya de l'emmener vers la source de ses voix.
L'horloge continuait toujours avec son tic-tac. Le noir était total maintenant. La lune déjà auparavant pâle avait été cachée par des nuages noirs.
Des gouttes de sueur perlaient sur sa combinaison noire, un reste des pompes funèbres qu'il avait teint en couleurs sombres. Greg lâcha son sac et se mit à trembler. Il n'arrivait pas à arrêter ses gestes normaux...
Il entra dans la salle de bains, presque inconsciemment. Une étrange lumière qu'il n'avait pas remarquée de dehors émanait de cette pièce. De nombreux miroirs ornaient la pièce. Et il eut un haut-le-coeur, la baignoire blanche était entièrement pleine d'eau, une eau claire et qui paraissait fraîche.
Il enleva ses vêtements couverts de sueur et se plongea dans l'eau. Celle-ci était rafraîchissante et lui enlevait toute sensation de peur. Il avait maintenant envie de dormir.
C'était une bonne nouvelle pour lui, s'il avait été dans son lit. Il s'endormit, rêvant d'un monde féerique et remplit d'êtres magnifiques.
Sa tête, d'abord haute, sombra doucement dans l'eau, jusqu'à l'arrêt de sa respiration. Ses poumons se remplirent peu à peu d'eau, sans que Greg s'en rende compte.

©1995-2005

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh