Isblanche et Pierrose

Conte - A partir de 8 ans

  • Auteur : Les élèves de l'école de Baralle

L'histoire du conte "Isblanche et Pierrose"

Isablanche et Pierrose

un petit conte merveilleux

réalisé par

les élèves de l'école maternelle publique

de Baralle dans le Pas-de-Calais

mai 2001

Il était une fois un frère et une soeur qui se promenaient dans une forêt. Les arbres avaient perdu leurs feuilles. C'était l'automne et bientôt l'hiver serait là.
Isablanche, la soeur, dit à Pierrose son frère:
« -Il faut trouver des branches mortes pour faire du feu car j'ai trop froid! »
Et son frère ajouta:
« -Oui, et moi j'ai très, très faim! »
Les deux enfants ramassèrent des branches et les mirent dans une brouette. Quand celle-ci fut bien remplie, les enfants retournèrent chez eux.
Leur maison se trouvait au coeur de la forêt. Ils y vivaient seuls, car depuis deux mois leurs parents avaient disparu!
Les enfants ne savaient pas où aller, ils avaient peur de se perdre dans cette forêt immense, alors ils restaient près de la maison en espérant que leurs parents reviennent bientôt.
Ce soir-là, ils mangèrent de la soupe de légumes, une omelette avec des champignons, des fraises et des framboises en dessert.
Puis, ils allèrent se coucher et dans leurs rêves, ils pensèrent très fort au retour de leurs parents.
Non loin de là, dans une grotte profonde et humide vivaient deux méchants trolls. Louvert et Gifleclaquine étaient très grands et leurs peaux étaient vertes. Ils avaient si faim qu'ils avaient enlevé les Parents d'Isablanche et de Pierrose.
Mais les trolls trouvaient que les parents n'étaient pas assez gros. Alors, ils les engraissaient en leurs donnant six repas par jour! Au fond de la grotte ils avaient construit une cage, une prison de fer.
Il y avait un lit en fer, une table en fer, des chaises en fer et surtout une énorme balance en fer pour peser les parents.
Un jour, alors que les enfants cherchaient encore du bois, ils trouvèrent par hasard l'entrée de la grotte des trolls.
À l'entrée de cette grotte, sur le sol, il y avait des traces!
Isablanche reconnut aussitôt les traces des sabots de sa mère. En effet, les enfants savaient que le jour du mariage de leurs parents, leur père avait offert un cadeau spécial à leur mère. Le futur marié avait fait présent à sa future épouse: une paire de sabots. Il avait sculpté un coeur sous chaque talon et quand la mariée foula le sol avec les fameux sabots, elle laissa des coeurs sur le chemin.
Et là, devant la grotte, il y avait des coeurs!
Les deux enfants allumèrent une torche.
Avec la peur au ventre et le coeur qui bat à toute vitesse, ils avancèrent sur la pointe des pieds dans la grotte.
Heureusement les trolls étaient partis.
Les enfants découvrirent leurs parents enfermés dans la prison de fer.
Ils eurent du mal à les reconnaître, car ils avaient beaucoup grossi. Mais il y avait un problème car les trolls étaient partis avec la clef de la prison.
Les enfants inspectèrent la grotte. Sur une étagère, il y avait plein de choses bizarres.
Des pots avec des vers de terre.
Des bocaux avec des pieuvres.
Des boîtes avec des chauve-souris.
Des cartons remplis de pattes d'araignée.
Des sacs remplis d'herbes magiques.
Les enfants lirent les étiquettes.
Herbes qui font maigrir...
Herbes qui font grossir...
Herbes qui font faire cui-cui, comme un canari...
Herbes qui rendent rikiki...
Pas d'hésitations il faut utiliser celles qui rendent rikiki.
Mais déjà, dehors, on entend les trolls qui reviennent de leur promenade!
Aussitôt les enfants préparèrent une potion avec des herbes qui rendent rikiki et vidèrent celle-ci dans une cruche qui était sur la table.
Puis les enfants se cachèrent sous la table.
Les trolls entrèrent dans la grotte et s'installèrent à table.
Ils avaient très soif, alors ils se servirent deux grands verres d'eau et burent la potion magique d'un seul coup!
Soudain Louvert dit:
« -Beurk! Cette eau a un goût de cornichon, citron, champignon, rognon! »
Et Gifleclaquine ajouta:
« -Oh! Beurk! Cette eau a un goût de lapin à la menthe au chou-fleur! »
Et au bout de quelques minutes, il se produisit cette chose étrange.
La tête de Gifleclaqine devint aussi grosse qu'un petit pois.
La tête de Louvert devint aussi grosse qu'une lentille.
Les bras de Gifleclaqine devinrent aussi longs que des haricots verts.
Les bras de Louvert devinrent aussi longs que des frites.
Le corps de Gifleclaqine devint aussi épais qu'un cornichon.
Le corps de Louvert devint aussi épais qu'un os de mouton.
Les trolls étaient devenus si petits, si rikikis, qu'ils ne pouvaient plus descendre de leurs chaises.
Ils étaient emberlificotés par leurs vêtements.
Louvert était coincé sous une énorme clef, car la potion magique n'agissait pas sur les objets.
Les enfants se saisirent des minis-trolls et les emprisonnèrent dans une cage d'oiseaux.
Ils ouvrirent la porte de la prison de fer et délivrèrent leurs parents. Ils se jetèrent dans les bras l'un de l'autre et se firent un gros câlin.
Maintenant les parents ont maigri car ils ont repris leurs trois repas par jour et chaque soir ils se font une tisane avec les herbes qui font maigrir.
Les minis-trolls sont restés dans la cage.
Ils chantent à longueur de journée car ils boivent une potion aux herbes qui font faire cui-cui, comme un canari et notre histoire est finie.
les élèves de l'école de Baralle

©1995-2001

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh