La chasse aux éléphants

Conte - A partir de 9 ans

  • Auteur : Elena et Sarah 9

L'histoire du conte "La chasse aux éléphants"

La chasse aux éléphants par Elena et Sarah

classe de CM1, école St Servers, St Clément, Rouen, France

février 2003

Il était une fois, en 2005, dans la jungle, un éléphant prénommé Napoléon qui était poursuivit par des chasseurs! Il courait en regardant derrière lui, pour voir si on le poursuivait encore, et se cogna contre un arbre!
Bien assommé, il entendit une voix qui disait "Aïe".
Napoléon regarda en haut et vit un perroquet qui répétait encore sa phrase
"Aïe, aïe, aïe et reaïe!".
Napoléon, qui était très poli, demanda : "Comment vous appelez-vous?".
"Coco, je m' appelle Coco!".
"Coco?", répéta Napoléon.
"Non, James Bond. Vous croyez quoi! Bien sûr que je suis Coco!".
"Bon, finies les présentations, dit Napoléon, filons".
Quand les chasseurs les rattrapèrent le perroquet dit "Aïe".
"Arrête de blaguer", dit Napoléon.
Mais le perroquet ne blaguait pas! Il était entre les griffes d'un tigre.
"Lâche-le, dit l'éléphant, et aide nous à traverser cette rivière où habite le crocodile."
Le tigre qui était gentil accepta. Il les conduisit au pont. Napoléon traversa.
Un fois de l'autre côté, il ne vit pas ses amis apparaître. Tout à coup, il entendit "au secours!". Le tigre et Coco étaient tombés à l'eau et le crocodile les poursuivait. Napoléon courut sur la rive et cria: "Attrapez ma trompe!", ce que firent Coco et le tigre.
"Merci, cette fois c'est vous qui m'avez sauvé la vie", dit le tigre.
Napoléon et Coco avaient gagné un peu de temps, mais les chasseurs étaient toujours là. Pendant la nuit, ils s'infiltrèrent dans leur campement et remplacèrent les cartouches par des cacahuètes.
Le lendemain, les chasseurs se préparèrent pour une nouvelle traque.
Au même moment, le maire arriva. "Combien de défenses d'éléphant avez-vous pris?".
"Euh... Aucune", dirent les chasseurs, timidement.
"Quoi, aucune! Vous êtes renvoyés!" dit le maire.
Napoléon, Coco et le tigre regardaient la scène en rigolant.
"Dommage, dit Napoléon, nous allions prendre le petit déjeuner!".

pour écrire aux auteurs : Elena et Sarah

©1995-2005

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh