Le château de Villedieu

  • Auteur : Marie 13

L'histoire du conte "Le château de Villedieu"

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

Le château de Villedieu. une histoire écrite par

Marie, 13 ans

septembre 1999

Je suis prête à partir. Mon sac sur le dos, ma gourde remplie. J'ai mon pique nique, mes livres d'histoires... Enfin, bref, je suis prête à partir avec ma classe au château de Villedieu. Oh! l'un des surveillants de la pension où je suis m'appelle! J'y vais!
* * *
Tout est passé très très vite. J'ai oublié de me présenter ! Je suis Sidonie Léander. 13 ans. Et je vous en prie appelez moi Sido ! Revenons en à mon histoire ! Je suis donc dans le car à côté de Ferdinand alias Ferdi. Le château est à une heure de route alors, pour nous occuper, le chauffeur du car a mis la musique à fond. C'est cool ! C'est du hard rock ! Ferdi, lui, préférerait qu'on chante des trucs bidon comme.. Oh, je sais pas, plutôt genre au clair de la lune! Mais on est quand même en cinquième! J'ai très peur qu'il arrive à convaincre madame Rendolphe, c'est notre prof d'histoire-géo.
Bon, encore trois quarts d'heure de route et c'est fini.
* * *
Enfin! Nous sommes au château. La prof nous a expliqué le programme:
Pendant deux heures on parle des gens qui ont habité dans le château, puis on va déjeuner, après on a une demi heure de temps libre puis pendant deux heures on va visiter le château..
Après... Euh.. Ah! Oui, après on va visiter seuls un peu les recoins du château pendant une heure et demi! J'attends ce moment! Et ensuite on part.
* * *
La prof nous appelle pour nous parler des habitants du château. Avant nous avons dû ranger les sacs dans un ordre très précis. Ca nous a pris un quart d'heure ! Mais je garde, mon petit journal, caché sous mon manteau. Comme ça je peux prendre des notes et lundi j'aurai une note au moins au dessus de la moyenne à l'interro d'histoire... Ouh! Je vois que je ne suis pas la seule à y avoir pensé. Sarah aussi en a un, puis Olivier et Johann. Et Ferdinand aussi. Il est bizarre ce type. Il est vraiment très solitaire. Il ne fête jamais son anniversaire. Pendant les récrés, il est toujours tout seul. Il a juste un vieux bouquin pour l'accompagner. Je suis vraiment très différente de lui. Moi, il faut absolument que je bouge pendant les week-ends. Ma meilleure amie Kim, d'origine japonaise, est toujours avec moi. Tiens, d'ailleurs, je vais la rejoindre.
* * *
Notes sur les habitants du château:
Il parait que le château de Villedieu a appartenu à un jeune seigneur très solitaire... Comme Ferdi! Il n'a jamais voulu se marier. Son père a eu beau insister, il n'a pas voulu. Pourtant, la fille qui l'aimait était, parait il, vraiment très très jolie. C'est pour ça qu'il n'a pas eu de descendance et à sa mort, le 12 décembre 1489, son château a été vendu à une famille de noble.
Cette famille a arrangé l'intérieur d'une partie du château fort en un truc vraiment très luxueux. Avec des chambres immenses avec des lits super. Enfin bref, le château a été modifié de l'intérieur mais l'extérieur a plutôt un aspect barbare. Mais si l'autre partie n'a pas changé c'est parce que toute la famille a été tuée durant la nuit du 8 août 1532. Depuis cette date (ou presque), le château appartient à la famille De Montérieu. Cette famille à habité le château à partir de 1533. De 1532 à 1533, plusieurs personne se sont battue afin de l'acquérir.
Pour le moment, c'est tout ce que nous avons dit. Tout à l'heure, madame Rendolphe va, comme elle nous l'a promis, nous raconter la légende de ce château et du jeune seigneur qui y a habité. J'ai hâte!
* * *
Tout le monde se rue sur les pique-niques. Moi, je m'installe à côté de Kim, un peu à l'écart des autres et je déballe mon pique nique. Alors je commence à manger. On ne dit pas grand chose pour l'instant. J'attends que la conversation commence... Tiens, je vois Ferdi seul et encore plus à l'écart des autres que nous. Il regarde dans le vide en mangeant lentement son sandwich. J'ai pitié de lui. Mais je n'ose pas aller le voir. Bon, Kim commence à me parler, il faut bien que je sorte de mes pensées !
* * *
Tout le monde a fini de manger. Maintenant, c'est le temps libre. Tout à l'heure avec Kim, on a parlé de ce qui allait se passer dans la journée. Elle espérait que la légende soit intéressante, moi aussi.
Génial ! Une partie de cache-cache commence... Mais Ferdi est tout seul ! Un peu de cran Sido ! Je vais le voir !
* * *
Ben dit donc! Il parle pas beaucoup! Je lui ai proposé de venir jouer à cache cache avec nous, mais il a dit qu'il était fatigué. Alors je lui ai demandé si il voulait bien venir avec moi à la soirée qu' organise l'école pour fêter la fin d'année. Là, il a dit qu'il verrait. Je suis restée un peu avec lui, sans rien dire puis je suis partie. Lui alors! Il est vraiment très difficile!
* * *
Je suis sensée prendre des notes sur la visite du château mais je vais d'abord dire ce qu'il s'est passé lors de notre jeu de cache cache... Ferdi a joué avec nous ! Il a eu l'air de s'amuser en plus. Kim aussi était aussi étonnée que moi. Elle m'a dit:
_ Tu as vu! Ferdi joue!
_ En plus il s'amuse!
Puis quand ce fut à son tour de chercher, il était apparemment très content.
Dès qu'il trouvait quelqu'un il riait et puis il faisait:
_ J't'ai trouvé toi ! Allez hop ! On va chercher les autres.
Ca m'a fait plaisir qu'il s'amuse comme ça. Ca a fait plaisir à tout le monde je pense. Car ça fait pitié de le voir seul dans son coin, sans rien faire.
Bon, je dois quant même prendre des notes sur la visite:
Style du château:
Le château est, comme je l'ai dit tout à l'heure, très bizarre car il y a un côté bien stylé et un côté plutôt barbare. Les trois premiers étages ont été restaurés par la famille de nobles mais les deux derniers étages sont consacrés aux oubliettes, au prisons, aux salles des tortures (au tout dernier étage) et aux chambres des seigneurs et à une grande salle à manger où se déroulaient les plus grands buffets. En tout, il y a quatre grandes tours et un immense donjon. Madame Rendolphe a dit qu'elle ne voulait pas qu'on rentre dans une des tour car l'escalier a été brûlé en grande partie le 8 août 1532. Devant le premier étage, il y a une grande cour où il y avait les faucons et les écuries. Un peu plus loin du château, il y a une petite chapelle où se rendaient certaines personnes du château tandis que le autres allaient à celle située au deuxième étage du château.
Bon, j'ai donné assez de renseignements !
* * *
Le moment que j'attendais le plus!
On va visiter seuls le château! Je vais avec Kim dans la cour puis on regarde un peu tout. Alors je vois Ferdi qui inspecte tout les recoins... Seul évidemment. Je propose à Kim d'aller avec lui. Et évidemment, elle accepte.
* * *
Je suis dans un endroit lugubre et noir. Il fait humide là dedans. Je vais vous expliquer ce qui m'est arrivé il y a à peine une heure...
J'étais tranquillement en train de me balader dans le château avec Kim et Ferdinand quand ce dernier a eu une idée... Stupide évidemment :
- Je pense qu'on pourrait aller dans la tour que la prof nous interdite. On ne montera pas ce qu'il reste des escaliers, on regardera juste.
Kim et moi on a hésité. Finalement Ferdi était courageux. Mais moi... Pas vraiment. Je préférerais plutôt aller voir la chambre du seigneur ou... celle des tortures! Mais finalement, après longue réflexion, on a bien voulu le suivre.
On est entré en cachette dans la tour en espérant que personne ne nous ait vus puis on a regardé au dessus de nos têtes. Kim a dit:
- Mais l'escalier est toujours là!
- On a dû se tromper de tour, déclarais-je.
- Non, non, je suis sûr que c'est celle là! a dit Ferdi, persuadé de sa réponse.
Mais alors pourquoi les escaliers étaient là?
La tour était assez étroite, il y avait des meurtrières un peu partout mais en haut? Si la prof nous avait interdit de monter c'est parce qu'il y avait bien quelque chose! Alors, comme des imbéciles on est monté.
J'avais peur que l'escalier craque sous mon poids mais non. L'escalier était long, on aurait dit qu'il ne pourrait jamais se terminer. Je montais, montais encore et encore, sans m'arrêter. Enfin, nous arrivions tout en haut. Il y avait une porte très épaisse et en bois avec sur les contours, du fer.
- Bon, maintenant qu'est ce qu'on fait? a demandé Kim.
Ferdinand a essayé d'ouvrir la porte pour y arriver quelques instants plus tard. Et derrière... Quelle horreur! C'était... Ca ressemblait à une... Crypte!
Ferdinand est resté bouche bée devant les corps allongés sur des cercueils. Moi aussi et puis Kim aussi. Je me suis approché des corps. Et si c'était le seigneur qui avait habité le château et l'autre corps, une femme, ça serait la femme qu'il aurait dû épousé? Trop d'idée traversait mon esprit. Je regardais les deux humains, morts depuis... des décennies! L'homme était habillé d'une armure tandis que la femme, ce qui fut une longue robe blanche, recouvrait son corps. Je demandais à Ferdi:
- Dis, l'intello, à ton avis, depuis combien de temps ils sont là.
Ferdinand m'a immédiatement répondu:
- Disons... Quelques centaines d'années.
- Alors comment ce fait il qu'ils aient été conservés comme ça?
- Oh! Mais je sais pas moi! s'énerva Ferdi.
Alors, nous avons décidé que nous devions redescendre prévenir la prof et les autres. Même si ça nous valait des engueulades.
En descendant le long escalier, je profitais un peu de la vue que nous offraient les meurtrières. C'est alors que j'ai senti le sol se dérober sous mes pieds.
L'escalier était en bois, un peu pourri par le temps et il était fragile, très fragile... J'étais beaucoup trop lourde pour quelque chose d'aussi fin. C'était sûr, il devait craquer sous l'un de nous et ça a dû tomber sur moi. Je me sentais tomber, tomber... Soudain, j'atterrissais sur le sol. Avec des bleus partout...
Attendez! J'étais dans un endroit très sombre et où il y avait une odeur de renfermé. Je ne voyais rien. Au dessus de ma tête, je voyais un grand trou. Comment le plafond avait pu être troué? Et qu'est ce que je faisais là? Soudain, j'ai vu la tête de Kim dans le trou:
- Sido? Ca va?
Je la regardais:
- Où je suis?
Elle m'a tout expliqué:
- Tu es tombée, de pas très haut heureusement, et tu as atterri par terre et puis là, je comprend pas, le sol s'est craqué et tu es tombé dans ce trou.
Le sol s'était cassé son mon poids?! Mais pourtant, à l'époque, il n'y avait pas beaucoup de sous-sols comme ça, sauf pour les... Oubliettes!
- Attends, Ferdi est allé chercher une lampe de poche.
Ferdi est revenu un peu après et il m'a jeté la lampe de poche. Je l'ai allumée et j'ai regardé tout autour de moi... C'était pire que dans la crypte! C'était une salle de torture!!
Des choses horribles dont je ne connaissais pas le nom était là, tous ces instruments étaient rangés dans un ordre précis. Mais le pire était encore à venir. Il y avait un squelette avec des vêtements en lambeaux et encore quelques cheveux sur la tête, accroché au mur, les bras en l'air, les poignets attachés par des menottes de fer. Quelques unes de ses côtes étaient brisées. Je criais...
- Mais qu'est ce que c'est que ce château!!
- Du calme Sido, ce ne sont que des... squelettes, m'a rassurée Ferdinand.
J'ai rétorqué:
- Ouais, génial, quelle compagnie! J'aimerais bien que tu sois à ma place, rien que pour voir!
- Bon, dit Kim, on va chercher les prof, on revient le plus tôt possible.
Et voilà, maintenant je suis bloquée ici.. Mais ça fait trop longtemps qu'ils sont partis, il a dû se passer quelque chose. Et moi qui ne peux rien savoir, tout ça parce que je suis coincée avec ce maudit squelette! Ce n'est pas normal toute cette affaire. Il s'est passé beaucoup de choses aujourd'hui. Je repasse tout: d'abord la prof qui nous interdit de rentrer dans la tour sous prétexte que les escaliers sont brûlés alors que c'est faux, ensuite l'histoire mystérieuse de la solitude du seigneur qui a vécu ici, puis vient cette crypte placée tout en haut de la tour interdite et enfin, cette salle de torture et ce squelette horrible! Mais qu'est ce qui se passe à la fin?
Ah... J'entends des pas! Ca doit être Ferdi et Kim qui reviennent!
* * *
- On ne les a pas trouvé ! Ils sont partis !
Voilà ce que m'a dit Kim d'un ton inquiet dès qu'elle est revenue. J'ai soupiré. Allons, il ne manquait plus que ça ! Ferdi a rejoint Kim. Puis je leur ai demandé :
- Enlevez le plus de vêtements possible et nouez-les, ça me fera une sorte de corde.
Kim et Ferdinand ont enlevé leur manteau puis leur pull, Ferdi a enlevé sa chemise et ils ont tout noué comme je leur avais demandé. Ils me l'ont jeté tout en le tenant fermement.
- C'est assez grand ? m'a demandé Ferdinand.
- Je pense que ça devrait aller.
Après, j'ai essayé de monter. Ferdinand et Kim l'ont tenu le mieux possible tandis que je montais. Kim m'a agrippé la main mais je retombais et cette fois-ci, me faisait très mal.
- C'est inutile ! dis-je.
Ferdi m'encourageait :
- Allez Sido, essaie encore !
C'est alors que sur le mur, juste à côté du squelette, je voyais une petite manette. Poussée par la curiosité, j'ai bougé la manette et c'est alors que j'ai vu certains endroits des murs se retourner telle des portes et laisser apparaître de l'autre côté, d'autres squelettes, placés, pareil au premier...
- Oh non... fis-je avec une grimace de dégoût.
- Encore ! grogna Kim, un ça ne suffisait donc pas ?
Allons bon, cette fois-ci, je voulais absolument remonter ! La compagnie de ces cinq squelettes ne me plaisait pas beaucoup. Je manoeuvrais à peu près comme tout à l'heure, et ouf, j'y arrivais. Kim, machinalement, me posa la question :
- Est ce que ça va ?
- Disons que j'aurai préféré que ce soit des scorpions plutôt que des squelettes.
Ferdi m'a dit :
- C'est tout de même une salle de torture !
Je préférais changer de sujet :
- Bon, et maintenant, qu'est ce qu'on fait ? On court après l'autobus, c'est ça ?
- De toute façon, il fallait s'attendre à ce qu'ils partent, vu l'heure. A dit Kim
- Ce qu'il nous reste à faire c'est d'aller demander du secours aux habitants du château, ai-je dit.
Ferdinand nous a regardé avec un regard un peu inquiet :
- Il est 20 heures et j'ai peur que tout le monde soit parti.
- Ce château n'est pas habité ?
Ferdinand nous a refait sa mine désespérée et il a ajouté :
- C'est un château touristique. Les propriétaires habitent plus loin dans une grande villa.
- Il y a bien un garde ?
- Oh oui il y en a même plusieurs mais il y a aussi des chiens de garde et si ils nous voient...
- On peut quand même essayer ! dit Kim
- Sans moi merci.
- Ni moi, ai-je dit.
Et c'est ainsi que nous avons décidé d'attendre le lendemain pour aller demander du secours. Alors nous sommes allés dormir à contre coeur dans la crypte. Mais à l'heure qu'il est, 22 heures ; je n'arrive pas à dormir. Mais... Que se passe t'il ? C'est quoi ces hurlements dehors ? ! Ferdi se réveille...
* * *
Vous n'allez pas croire ce qu'il m'est arrivé pendant la nuit d'hier, mais figurez vous que Ferdi et moi nous sommes descendus voir ce que c'était que ces hurlements. Nous n'avons pas réveillé Kim.
Alors, lorsque nous sommes arrivés en bas, nous sommes sortis de la tour sur la cour du château et non tout en bas. nous sommes allés près des créneaux et nous avons vu les gardes et les chiens patrouiller un peu partout dans la forêt. J'ai demandé à Ferdi :
- À ton avis, qui ils cherchent ?
- Aucune idée. Mais c'était quoi ce hurlement ?
Tout à coup, il y a eu un deuxième hurlement, plus long que le premier. Ferdi m'a montré un endroit dans la forêt :
- Là-bas !
Je regardais. Il y avait une horde de loups qui fuyait le château. Mais que faisaient ils là ? Ils n'avaient aucun rapport avec tout ce qu'il s'était passé. Mais en fait si, car dès que je suis revenue avec Ferdi à la crypte après notre escapade, Kim n'était plus là !
* * *
Nous avons cherché Kim toute la journée. Aujourd'hui, il n'y avait plus les loups. Je pense que les gardes voulaient les repousser tout simplement. Mais n'empêche qu'à cause de cette histoire, nous avons perdu Kim !
Nous avons fouillé la crypte, toute la tour sauf l'oubliette... Enfin si, il faut que je vous raconte. J'ai insisté pour descendre voir. Alors j'ai vu quelque chose de pas normal. C'était un petit bouton qui n'était pas là hier. Pas un bouton moderne, plutôt quelque chose en pierre et de vieux. Vous savez, un peu comme dans Indiana Jones ! Bon, j'exagère un peu ! De toute façon, j'ai appuyé sur cette chose bizarre et alors... Une porte ! Une porte s'est ouverte ! Je suis passée et Ferdi est resté dehors avec beaucoup de regret.
C'était très long. Un très très long chemin sans porte où passer. Alors, j'ai vu une échelle en bois qui montait assez haut. J'ai immédiatement pris cette échelle et je suis montée très haut et j'étais alors... en pleine forêt !
Je venais en fait de sortir du chemin qu'empruntaient les seigneurs pour fuir lors des guerres ! J'ai quand même voulu un peu visiter la forêt et j'ai trouvé des maisons en pierre en ruines ! Des maisons du 16ème siècle ! J'en ai visité une, puis deux et trois, c'était vraiment drôle ! Les murs étaient presque tout ébranlés, il n'y avait plus de toits, à la place, des lianes et des plantes ! Je m'amusais quand soudain, j'ai entendu des morceaux de bois craquer son le poids de je ne sais quoi. Et alors, j'ai senti une main se poser sur mon dos!
Je me suis retournée en sursaut... Kim ! C'était Kim. Je lui ai demandé:
- On te cherche partout depuis ce matin !
- Désolé, j'ai trouvé le chemin cette nuit et j'ai voulu y aller.
- Il est une heure ! Tu as visité toute la nuit ?
- Non, a t'elle dit, j'ai fini par m'endormir.
- Tu aurais pu nous prévenir ! Fis je vexée.
Nous avons un peu discuté, puis, nous avons un peu visité les maisons pour voir ce qu'il y avait dedans. Alors, dans une autre, on a vu dans un coin, caché sous des plantes, un petit coffre horriblement vieux. Je me suis approchée et tant bien que mal, j'ai enlevé toutes les lianes qui le recouvraient et je l'ai pris. Il était très lourd.
Après, j'ai essayé de l'ouvrir mais il y avait un vieux cadenas. J'ai pris un bâton assez épais et j'ai frappé tant que j'ai pu mais en vain. J'ai regardé Kim et je lui ai dis :
- Il faut l'amener aux gardes du château, ils sauront quoi faire eux.
- Mouais. Elle n'avait pas l'air emballée.
- Bon, je vais aller prévenir Ferdi et il va descendre. Toi... Garde le coffre !
Je suis descendue et j'ai couru le plus vite possible jusqu'au bout, à l'oubliette. Ferdi était là, ennuyé. Il a dit :
- Ah ! Pas trop tôt ! Ca fait une demi-heure que je t'attends !
Je n'ai pas fait attention à sa remarque. J'ai vite dit :
- J'ai retrouvé Kim !
- Ah bon ? Génial ! Je descends !
Il est descendu et je lui ai dit :
- Il nous est arrivé autre chose.
Il m'a regardé inquiet :
- Quoi ?
- On a trouvé un coffre, un très vieux coffre qui date de l'époque.
Alors, il m'a pris par la main et il m'a dit en courant :
- Je veux pas louper ça !
On a couru très longtemps mais je n'en pouvais plus. Je l'ai supplié de s'arrêter et il a fini par accepter. On s'est assis deux minutes puis il m'a dit :
- Tu penses qu'il y a quoi dans le coffre.
- Je sais pas... Peut être un trésor ! dis-je ironiquement.
- Ouais... Peut être.
Je l'ai regardé longuement avant de lui dire :
- Qu'est ce que tu caches au juste ?
- Ben en fait tu m'avais demandé si je voulais être ton cavalier à la soirée qu'organise l'école ben... J'ai beaucoup réfléchi et...
- Tu veux bien venir ? C'est super !
Quand je lui avais proposé ça, la première fois, je n'avais pas été emballée mais là... J'étais contente qu'il vienne avec moi.
- Allez ! On repart ! A-t-il dit avec un ton enjoué
Puis on a rejoint Kim qui était toute excitée à l'idée d'ouvrir le coffre.
Ferdi a essayé de l'ouvrir comme moi mais lui aussi a échoué. Nous avons décidé d'amener le coffre au château. Peut être que nous allions devenir célèbres !!
Qui sait. Le coffre contenait peut être des millions de dollars !
Une seule façon de le découvrir, le ramener au château.
Quand nous sommes arrivés, après une longue marche, nous avons aperçu un bus de touristes... Et au moins trois voitures de police. Dans l'une d'elle sont sortis mes parents !! Et ceux de Kim !
-Ah non ! Ai-je dit, c'est pas le moment !
- On va attendre qu'il s'aperçoivent qu'on n'est pas là.
2 heures !!! Nous avons a attendu 2 heures avant qu'ils ne partent !
Alors nous sommes sortis de notre cachette et nous avons courus jusqu'à la grille du château et nous nous sommes mêlés à un groupe de touristes japonais. Le plus drôle c'est qu'ils n'ont même pas prêté attention à notre coffre ! Quand le groupe est entré dans la chambre du seigneur ; le propriétaire est arrivé ! Victoire, cette histoire portait à sa fin ! Il s'est approché du guide et je l'ai entendu prononcé le nom de Ferdinand. Alors je suis accourue vers le propriétaire en montrant le coffre :
- Monsieur, monsieur ! Regardez !
Il m'a observé attentivement et s'est écrié :
- Mais c'est toi la fille qui a disparu ! Et tes copains !
- Monsieur regardez le coffre ! a crié Ferdi, on l'a trouvé dans la forêt ! Il date au moins d'il y a 4 siècles ! C'est incroyable !
Je pense que le propriétaire nous a complètement oubliés! Il avait des yeux ébahis devant notre coffre !
- Mais... Mais c'est vrai ! Venez vite, on va examiner tout ça !
Autour de nous tous les Japonais nous photographiaient ! Le début de la gloire ! Ca y est, nous allions devenir célèbres ! J'avais un grand sourire aux lèvres. Nous avons suivis l'homme, qui avait prévenu tout son personnel, et un centre historique proche d'ici... Et bien sûr nos parents ! Une fois dans une salle privée, le proprio a essayé d'ouvrir le coffre avec un tournevis et un marteau. A l'instant fatal, mes parents et ceux de Ferdi et Kim... Et en prime, Mme Rendolphe, sont entrés dans la pièce en trombe. Mes parents m'ont serrée, m'ont grondée puis m'ont embrassée, puis m'ont grondée, puis m'ont dit qu'ils avaient eu très peur et tout le baratin. Et bien sûr madame Rendolphe en avait les larmes aux yeux, elle avait eu très peur elle aussi, pour nous et... pour sa carrière ! Mais tout ça n'avait aucune importance pour moi ! Je voulais voir notre trésor !
Dans un bruit discret, le cadenas a cédé. Le propriétaire commençait à lever le couvercle sous l'oeil des caméras et des photographes et il s'est écrié :
- Oh! mon Dieu !
- C'est un trésor ? a demandé Kim.
-Je pense que ça vaut bien plus qu'un simple trésor ! a-t-il répondu.
Est-ce que quelque chose pouvait avoir plus de valeur qu'un trésor ? Je retenais mon souffle. Tout le monde fit de même. Et le proprio sortit du petit coffre... Des papiers ! Des papiers ? Plus de valeur qu'un trésor ça ? Je n'ai pu retenir un soupir de désespoir. Adieu gloire, adieu fortune ! Mais alors, le fouilleur de coffre annonça :
- Ceci est le journal du seigneur ! Ici il a tout écrit ! Toute son histoire! Ca vaut des centaines de dollars!
- Oui !
Je n'ai pu me retenir de crier. Les autres ont fait de même d'ailleurs. Et puis les caméras et les journalistes se sont approchés de nous, les photographes du journal régional aussi. Ils ont commencé à nous interroger:
- Où se trouvait le coffre ?
- Qu'avez vous ressenti en le trouvant ?
- Vous avez disparu depuis hier n'est pas ? Où avez vous passé la nuit ?
Je n'écoutais pas ! J'étais sur mon petit nuage !! Alors Ferdi, Kim et moi on s'est serrés, jamais on a été aussi heureux.
Maintenant je pouvais dire que je ressemblais à Indiana Jones ! Toutes ces histoires de trésors c'est passionnant !
Les caméras nous filmaient toujours ! Je suis la fille la plus heureuse du monde !
* * *
Je suis dans ma maison, avec mes parents... devant la télé ! Et devinez qui on voyait dans le poste... Moi ! Bon, il y avait aussi Kim et Ferdi!
Forcément, nous ne sommes pas à la une du journal télévisé le plus regardé de France ! Il y a juste 5 minutes de reportage sur la chaîne télévisée régionale. Mais bon, c'est déjà un bon début non ? ...
FIN

FIN

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh