Le papillon des rêves bleus

Le papillon des rêves bleus

Conte - A partir de 7 ans

J'aimerais vous présenter mon amie. Je l'appelle "la petite souris".
Depuis que nous nous sommes rencontrées, nous sommes devenues de sacrées bonnes copines. C'est ma voisine : elle habite au pied d'un arbre, pas loin de ma maison. Tous les jours, nous allons nous promener dans le jardin. C'est là que nous l'avons rencontré. Qui ? Si vous voulez le savoir, écoutez mon histoire...

L'histoire du conte "Le papillon des rêves bleus"

C'était l'été. Une de ces journées où le soleil est tellement magnifique que toutes les fleurs se lèvent tôt le matin pour se faire belles pour lui. Elles savent que, séduit par leur beauté, il les caressera de ses rayons jusqu'à la tombée de la nuit. Ce jour-là, nous avions décidé de nous promener au bout du jardin. Tout au bout, loin, là où ne ne voit même plus notre maison.
Une fleur semblait avoir éclos durant la nuit. Une fleur comme nous n'en avions jamais vu auparavant. Parfaitement noire. Ou presque.
Bleue, plutôt. D'un bleu si sombre qu'on aurait dit la nuit. Majestueuse avec sa corolle large entourant une couronne d'étamines dont chaque extrémité était aussi lumineuse qu'une étoile sur les pétales foncés.
Un autre animal l'avait remarquée, également. Un papillon. Aux ailes immenses, d'une couleur aussi bleue et aussi sombre que celle de la fleur. Dès qu'il l'avait vue, il s'était précipité vers elle, attiré comme par un aimant. Il se délectait à présent de son nectar, battant joyeusement des ailes.

C'est alors que tout se déclencha.

En une seconde, les pétales de la fleur se relevèrent, emprisonnant le papillon. Et un rire méchant retentit. Il provenait du haut d'un arbre. Une affreuse vieille, juchée sur un balai, y ricanait méchamment.
"- Cette fois, je te tiens ! Mon piège a fonctionné!" cria-t-elle. Et elle descendit en volant sur son balai, jusqu'au pied de la fleur.
La petite souris me regarda :
"- C'est la sorcière ! Cache-toi !" me chuchota-t-elle. Et elle disparut dans les hautes herbes. Je me cachai dans un buisson.
La vieille femme sortit un bocal d'une besace crasseuse et y plaça la tête de la fleur où était emprisonné le papillon.
"- Tu n'as pas pu résister à mon appât. Cette fleur sera ta prison. Les nuits des enfants sont désormais à moi !" ricana-t-elle avec un rictus affreux. Et elle coupa la tige et l'enferma dans le sac.

Elle n'eut pas le temps de terminer son geste. Une petite boule de poils lui avait sauté au visage et lui mordillait le nez. De douleur, elle lâcha sa besace et le papillon en profita pour s'envoler.
La sorcière se débattait, mordue à l'oreille, aux doigts, à tout ce que les dents de la petite souris pouvaient atteindre. Je me précipitai pour lui apporter mon aide : à la cour de récréation, j'avais appris quelques coups de pieds bien pratiques. N'en pouvant plus, l'affreuse bonne femme sauta sur son balai et s'éleva dans les airs en hurlant une bordée d'injures.
"- Je me vengerai, petite souris ! Tu entendras encore parler de moi!" Et elle disparut au loin.

Au sol, la petite souris recrachait avec dégoût les haillons que ses dents acérées avaient déchiquetés.
"- Bravo, Tu as été formidable" me remercia-t-elle.
"-Toi aussi, petite souris. Mais quel était ce papillon ?"
Une minuscule voix se fit entendre près de nous :
"- Je suis le papillon des rêves bleus..."
C'était à nouveau lui ! Il ne s'était donc pas enfui loin...
"- ... c'est moi qui, tous les soirs, vole de maison en maison pour apporter aux enfants de jolis rêves, des rêves qui les rendent heureux. C'est moi aussi qui chasse les cauchemars envoyés par la sorcière de la nuit. Si vous ne m'aviez pas sauvé, aucun enfant n'aurait plus pu dormir tranquille. Leur sommeil aurait été envahi par des créatures effrayantes. Merci pour eux. Mais je dois vous laisser : la nuit tombe et j'ai beaucoup de travail !"
Et il s'envola.

C'était vrai : le soleil avait atteint l'horizon et s'apprêtait à se coucher. Nous allions en faire autant.
Ce soir-là, je ne cherchai pas à gagner du temps avant d'aller au lit. Je savais qu'un mystérieux papillon bleu n'était pas loin et qu'il allait m'emporter dans de très jolis, très jolis rêves... Des rêves bleus comme la nuit et chauds comme le soleil de cet après-midi où, pour la première fois, j'avais rencontré la sorcière. Ce ne serait pas la dernière. Mais chut ! Je dors...

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh