Le prince Lindford et la malédiction du fantôme

L'histoire du conte "Le prince Lindford et la malédiction du fantôme"

"Il était une fois, dans un pays du Nord de l'Europe, un prince qui vivait dans une vaste demeure. Cette ancienne bâtisse était hantée depuis quatre siècles par un fantôme. Ce prince blond et charmant, avait une curieuse manie. Tous les soirs, à minuit, il faisait sonner chaque horloge du château, non pas douze, ni vingt-quatre coups mais ... trente-six ou quarante-huit ..."

Linford, car tel était son nom, "aimait tellement cette heure-là, qu'il ne se lassait pas de l'entendre. Ce qui avait le don d'ennuyer et même d'énerver au plus haut point Hantérémol le fantôme de ces lieux."

Le Fantôme et la malédiction

Or un soir, au moment où minuit sonne, Hantérémol ne peut supporter le bruit désagréable de toutes ces horloges. Désespéré, mais aussi fou de rage, il traverse en un seul tourbillon les murs épais du château. Il file dans toutes les vieilles demeures du voisinage pour y trouver d'autres fantômes.

Il invite Hanticalcaire, Hantimoustique, Hantivirus, Hantibruit, Hantiseptique et bien d'autres. Profitant de la nuit noire, toute la bande revient dans la vaste demeure. Ils se regroupent dans les combles du grenier, près des chouettes qui en profitent pour hululer. Les fantômes mettent au point un plan diabolique qui découragera le prince de sa curieuse manie de minuit. Mais bientôt le jour se lève les fantômes disparaissent dans la tombe d'Hantérémol, l'ancien maître des lieux.

Un minuit tranquille

Le lendemain à minuit moins cinq, tous les fantômes se cachent. Hanticalcaire, dans les WC, Hantimoustique dans le lit, Hantivirus, dans la boîte à pharmacie, Hantibruit dans la boîte à coton et Hantiseptique dans la fosse à purin. Les autres s'étant cachés : dans les horloges, les pendules, les pendulettes et même dans les montres à gousset. Hantérémol comme d'habitude était dans la grosse cloche du donjon.

A minuit, tous attendent l'horrible manie du prince, mais rien ne se passe ! Le prince était-il endormi? Mort? Rien de tout cela ... Notre gentil prince était en galante compagnie.

Linford avait invité ce soir-là, la princesse Flora, fille du roi de la vallée voisine. Il ne se lasse pas d'admirer les yeux bleus et rieurs de sa compagne, ses longs cheveux qui tombent sur ses fragiles épaules. La splendide robe ornée de diamants lui donne un teint délicat.

La rage du Fantôme

Hantérémol déçu, s'excuse auprès de ses amis. Ceux-ci restent sourds aux paroles du fantôme des lieux et, en un seul souffle, disparaissent vers leurs demeures. Honteux, Hantérémol pousse un très long Hou... ou ou ouh ! Les murs tremblent, la princesse terriblement effrayée se blottit dans les bras du prince.

- N'ayez crainte, je suis là.

- Je n'ai pas peur dans vos bras.

Hantérémol entend, il a une idée pour le lendemain.

Le vieux serviteur

Le jour suivant, Flora étant repartie, le prince inquiet cherche la cause du hurlement de la nuit. Il visite : souterrains, caves, couloirs secrets, tours, donjon et greniers. Le pauvre va partout : il marche, court, monte, descend, grimpe, saute ... Jusqu'à épuisement. Pas le moindre indice. Il va questionner tous les serviteurs du château.

-Avez-vous entendu, la nuit dernière un bruit étrange?

-Oui, même un mort l'aurait entendu !

Alors, le plus vieux serviteur du château s'approche à pas lents. Il est voûté par les ans, son visage est défiguré par de profondes rides; d'une voix chevrotante, il raconte qu'un fantôme hante la demeure qu'il doit s'agir d'un lointain ancêtre du prince.

La légende

" Il y a longtemps, un prince du château rencontra une belle princesse de la famille de Flora. Il l'invita un soir à venir dîner chez lui. Quelque temps plus tard, ils se marièrent, en invitant à la noce, tous les villageois et même une marraine du prince qui était sorcière. Le marié demanda comme cadeau, un poignard en or. Il croyait qu'en poignardant sa femme, le soir de sa noce, il deviendrait le plus puissant roi de la planète. Il le fit ! Mais sous les yeux terrorisés des invités, il se transforma en fantôme, puis disparut!

En effet, le poignard était le cadeau de sa marraine la sorcière. Les cloches du donjon, mais aussi toutes les pendules du château sonnèrent. Il était minuit, quelqu'un cria :

- Maudit soit ce prince, appelons-le Hantérémol.

La fuite de Flora

Après avoir écouté le vieux serviteur, le prince se promène dans le parc. Ses pas le conduisent vers la tombe de ses ancêtres. Son regard est attiré par une pierre tombale où rien n'est gravé!

C'est sûrement la tombe d'Hantérémol! Le gardien du château arrive en disant:

- Prince, vous avez une visite, c'est la princesse Flora.

Le jeune homme regagne à toutes jambes le château.

Dans le hall d'entrée, le prince l' invite à passer au salon. Là, il lui raconte l'épouvantable histoire de leurs ancêtres...

Aux dernières paroles, Flora commence à trembler.

- Arrêtez, j'en ai assez entendu !

Elle s'enfuit dans la nuit tombante. Quelques sinistres craquements étouffent le bruit de ses pas dans l'allée du parc.

Heureusement, elle ignore que derrière les grands arbres, deux yeux blancs de fantôme l'espionnent !

Flora prisonnière d'une tombe

Hantérémol, comme la veille, pousse un long hurlement.

- Ouh ouh !

Flora s'affole, deux yeux blancs brillants lui barrent le chemin. Alors, elle les contourne en quittant l'allée. La jeune fille court parmi les arbres, les haies, sa belle robe s'accroche puis se déchire. Son collier s'arrache, les perles tombent.

Après quelques minutes interminables, Flora perdue arrive devant la tombe des ancêtres du prince. Epuisée, elle s'assoit sur la pierre tombale. Hantérémol apparaît, bascule la pierre. Flora tombe dans le trou et s'évanouit. Le fantôme avec un ricanement sinistre, repousse la pierre puis s'envole vers le donjon.

Un deuxième prisonnier

Le prince entend et appelle ses serviteurs.

- Domestiques, venez avec moi, j'ai peur que Flora ne soit en danger!

- Non, Hantérémol est dehors, nous avons peur de lui.

Avec courage, seul, le jeune homme muni d'une bougie s'aventure dans les ténèbres de la nuit. Tout à coup, dans l'herbe, quelque chose brille. Le prince s'approche et ramasse ... Une perle!

- Mais c'est une perle du collier de Flora!

Il avance et ô surprise, une autre perle, puis encore une autre. Une à une, le prince les ramasse. Petit à petit, il arrive à la tombe de ses ancêtres. Un morceau de tissu, coincé par la pierre tombale prouve qu'il est sur la bonne piste.

- Oh! Un morceau de la robe de Flora.

Le jeune homme pousse la pierre qui glisse sans difficulté, car les yeux fermés, le fantôme lui aussi pousse la pierre.

Un air glacial s'échappe de la tombe, fouette le visage du prince et éteint la bougie.

- Au secours! Qui me pousse, je tombe.

- C'est moi, Ah! Ah! Ah! Crie Hantérémol.

Et la pierre se referme.

Le passage secret

En tombant, le prince réveille Flora.

- Qui est là?

- C'est moi le prince Linford! C'est vous Flora?

- Oui, que j'ai peur dans cette obscurité!

Il allume la bougie grâce à un morceau d'amadou.

Tout autour d'eux, des toiles d'araignées, quelques rats apeurés se sauvent. Une odeur de moisissure empeste la tombe. Lindord prend la main tremblante de la jeune fille.

- Regardez, la flamme s'incline s'écrie le prince, il y a un courant d'air! Cela vient bien de quelque part!

Rapidement, ils trouvent un passage.

- Suivez-moi, ne lâchez pas ma main, lance le prince.

Pendant de longues minutes, ils avancent pour enfin arriver à une rivière souterraine. Tirée sur la rive, une vieille barque semble les attendre. Les jeunes gens sans réfléchir s'installent dans le bateau qui se laisse emporter par le courant. Epuisés, ils s'endorment bercés par les flots.

Le temps passe ... A l'aube, un pâle soleil les tire de leur sommeil.

- Où sommes-nous? Demande Flora

- Je ne sais pas, mais nous sommes libres.

Un endroit magique

Ils regardent autour d'eux, soudain le prince dit à Flora:

- Nous sommes au milieu d'un étang.

En effet, malgré la brume qui enveloppe le paysage, les jeunes gens admirent les nénuphars en fleurs, les roseaux courbés par une brise légère. Parmi les joncs, quelques cygnes nagent tranquillement. Tout à coup, Lindford et Flora entendent une magnifique mélodie. Une lumière jaillit de l'eau claire.

Une ravissante jeune fille sort des flots et vient vers eux en disant:

- Je suis la femme d'Hantérémol, je suis devenue une fée juste après qu'il m'ait tuée. Je veille à ce qu'il ne fasse pas trop de mal autour de lui. C'est moi qui vous ai envoyé la barque sur la rive de la rivière souterraine.

Après ces paroles, la femme d'Hantérémol appelle trois cygnes qu'elle transforme en trois magnifiques chevaux blancs.

La mariée poignardée

Les jeunes gens conduits par la fée prennent le chemin du château. Tout en parlant, Flora observe la femme d'Hantérémol. Elle est restée jeune, belle et sa robe est toujours aussi blanche. Tout à coup, pour ralentir son cheval, la fée bouge ses bras. Un point brillant sur une tache rouge apparaît sur la belle robe . Ce détail n'a pas échappé à Flora. Discrètement, elle s'avance vers Linford qui, lui aussi a remarqué.

- Je vois ce qui vous intrigue dit la fée.

- C'est donc vrai, vous avez reçu un coup de poignard! s'écrie Flora.

- Oui, hélas! Je ne croyais pas que mon mari aurait pu m'assassiner le jour de nos noces.

- Pourquoi ne retirez-vous pas le poignard demande Linford.

-Seul Hantérémol peut le faire.

- Pourquoi ne le fait-il pas?

- Hantérémol ignore que je suis en vie, sous l'apparence d'une fée.

- Pourrions-nous vous aider?

- Oui, mais comment?

Retour vers le passé

Le long de la route, ils organisent un plan pour mettre fin à la triste vie de la fée. En arrivant au château, les serviteurs entendent le bruit des chevaux. Ils se précipitent à l'entrée.

Le plus vieux s'agenouille aux pieds de la fée. Il a reconnu d'après la légende, l'ancêtre de Flora, poignardée le soir de ses noces. Devant un tel accueil, la fée est très touchée, quelques larmes discrètes font briller ses doux yeux.

Elle retrouve le château où elle aurait dû passer sa vie. Elle revoit aussi le jour de son mariage, ses parents, ses soeurs, ses frères, ses amis, tous les invités et même la marraine de son mari.

En rentrant dans la grande salle du château, une vive douleur se fait sentir, là où est le poignard. Elle revoit le visage d'Hantérémol mais bien vite la scène du passé lui revient.

Mélodie magique

Il est minuit moins dix, le château est enveloppé d'une épaisse couche de brouillard. Pas un bruit, tout est noir!

Linford agite la grosse cloche du donjon, les murs tremblent! Hantérémol, comme d'habitude est caché dans la cloche. Le bruit lui déchire les oreilles.

- Arrêtez ce vacarme! Ma tête va éclater!

Linford surpris arrête.

- Qui est là?

Aucune réponse, mais la douce mélodie entendue au lac s'empare de la demeure. Chose étrange, un homme descend de la grosse cloche. En effet, la musique vient de transformer Hantérémol qui a repris une apparence humaine: costume de mariage, chaussures de cuir ... Exactement comme le jour de son mariage.

- Nous vous attendions Hantérémol!

- Je ne m'appelle plus Hantérémol, je suis le prince Drofnil.

Bercés par la mélodie, ils descendent l'escalier qui mène à la grande salle.

Curieusement, le prince Drofnil sent une douleur aiguë sur son côté, comme si on le poignardait. Les deux hommes pénètrent dans la grande salle.

La fée est couchée sur le sol, Flora est près d'elle, à ses genoux. La mélodie s'est tue car la fée souffre terriblement. Le prince Drofnil reconnaît immédiatement sa femme.

- Retirez-lui le poignard supplie Flora.

- C'est impossible, il nous faut l'aide de ma marraine, la sorcière.

A ce moment précis, une porte claque, des pas résonnent sur le plancher. Une vieille femme apparaît , le prince Drofnil et la fée reconnaissent la marraine.

Fée puis femme

Le prince Drofnil s'approche de la fée, mais plus il avance et plus il souffre. Elle aussi ressent la même douleur que son époux. La marraine avance vers son filleul, lui prend la main et l'entraîne vers le poignard.

Mais la souffrance est telle que la fée meurt. Un grand silence s'abat. Le prince Drofnil éclate en sanglots et murmure à l'oreille de la fée:

- Pardonne-moi, mon orgueil. Ma folie du pouvoir m'avait transformé en assassin. Depuis quatre siècles le remords m'étouffe. Tous les soirs à minuit, pendant ces années, j'ai revu ton si beau visage qui se transformait sous la douleur du coup de poignard et, quand Linford faisait sonner les cloches, alors, une douleur atroce me transperçait le coeur.

La marraine lâche la main du prince, il en profite alors pour s'emparer du poignard planté dans la fée. Il tire de toutes ses forces. La lame à peine sortie, la blessure se referme, la tache rouge s'efface, la vie revient, ce n'est plus une fée, mais la jeune mariée.

La demande en mariage

- Laure, je te retrouve après tant d'années...

Le soleil se lève sur le château, les oiseaux chantent, le ciel est bleu. Les jeunes gens après une nuit mouvementée, décident de se promener dans le parc. Tout naturellement, ils arrivent à la tombe. A leur grande surprise, gravé dans la pierre, ils peuvent lire : " LE COMTE ET LA COMTESSE DE DROFNIL 8 juillet 1810 "

Soudain Flora s'écrie :

- Mais c'est la date d'aujourd' hui !

Pour toutes réponses, Drofnil et Laure se contentent de sourire...

Après une brève conversation, Linford et Flora décident de se marier le soir même.

Pendant que le Comte Drofnil donne des ordres aux serviteurs, Linford va demander la main de Flora au roi de la vallée voisine.

Le secret du poignard

Il est vingt et une heures, tout autour de la table, les invités parlent car l'après-midi a vu une splendide cérémonie célébrant les noces. Les jeunes mariés ouvrent le bal. Villageois et villageoises dansent, le Comte Drofnil parle avec la marraine et se met à écrire.

Vers minuit moins cinq, la musique s'arrête:

- En l'honneur de notre mariage, je vais faire sonner les cloches, déclare Linford.

Il n'en a pas le temps: Est-ce les fantômes? Toutes les pendules, les pendulettes, les horloges, la grosse cloche du donjon et même les montres à gousset se mettent à sonner seules.

A ce moment précis, sous les yeux étonnés des convives, Drofnil et Laure se transforment en fantômes, le Comte a à peine le temps de crier :

- Le poignard...

La marraine tend à Flora le poignard brisé.

Dans le manche, un papier est caché.

Linford le lit tout haut :

" Chers amis, nous vous quittons pour rejoindre le pays du lac à la douce mélodie. Vous nous y retrouverez quand votre vie s'éteindra."

Et depuis ce jour, à minuit, dans le château, Linford et Flora peuvent entendre une douce mélodie.

FIN

de la même école: Acorto et le monstre diabolique - La sirène, le batelier et la fiole magique ©1995-98

var gaJsHost = (("https:" == document.location.protocol) ? "https://ssl." : "http://www."); document.write(unescape("%3Cscript src='" + gaJsHost + "google-analytics.com/ga.js' type='text/javascript'%3E%3C/script%3E")); try { var pageTracker = _gat._getTracker("UA-6346731-1"); pageTracker._setDomainName(".momes.net"); pageTracker._initData(); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {}

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh