Les enfants du soleil

L'histoire du conte "Les enfants du soleil"

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

 

LES ENFANTS DU SOLEIL une histoire écrite par

Martin Frenette

juillet 1997 Quatres enfants et leur mère parcouraient le désert afin de rejoindre leur famille. Leur mère leur avait dit de ne jamais s'arrêter pour boire et qu'ils prendraient une pause toutes les deux heures. Mais les enfants avaient soif, trop soif, et ils perdirent leur mère. Les enfants avaient comme vêtement un drap qui leur couvrait le corps et ils avaient les cheveux et les yeux noirs comme le charbon. Ils moururent, assoiffés, dans le désert. Par chance pour eux, le soleil allait fêter sa 365 année en tant que source de lumière sur la terre. Or, à chaque 365ième année il devait exaucer le voeu d'une personne ou d'un groupe. Il trouvait que les enfants n'avaient pas eu de chance alors il les fit renaître sous une autre forme: ils (et elles) étaient grands, blonds, élancés aux yeux bleus et ils avaient des roses de piquées dans leurs crinières sauvages. C'est ainsi que naquirent... "LES ENFANTS DU SOLEIL"

 

Après plusieurs heures de marche, ils retrouvèrent leur famille ainsi que leur mère en pleurs. Lorsqu'ils rentrèrent, personne ne les a reconnus.

- "Qui êtes-vous?" demanda Arturo le frère de leur mère

Désormais ils vivaient avec le soleil en eux. Juan, l'ainé de la famille, eut une étrange lueur dans ses yeux et répondit:

- "Nous sommes les enfants du soleil! Nous sommes ici pour vous aider."

- "Si vous êtes ici pour nous aider, retrouvez donc mes enfants!" répondit leur mère Esmeralda en pleurs.

Marie, qui était la plus douce et la plus sage, essaya de la consoler.

- "Allons, allons! Arrêtez de pleurer et décrivez-les. Nous allons tout faire pour les retrouver. C'est juré. Il faut arrêter de pleurer. Vous allez voir. Peut-être qu'eux aussi vous cherchent."

- "Bien, ils s'appellent Juan, lui c'est l'ainé, et Marie, qui est si douce et si sage, et Bénito, qui adore partir à l'aventure puis enfin il y a Esmeralda qui est la cadette. Ils ont tous les cheveux et les yeux noirs comme le charbon."

Les quatres enfants se regardèrent. Dans leurs yeux on pouvait voir la même lueur dorée traversant une larme. Les quatres larmes tombèrent dans le sable et, au grand étonnement de la famille, des arbres fruitiers de toutes sortes se mirent à pousser, pousser et pousser.

C'est alors que Don Esteban, un autre oncle, courut vers les arbres fruitiers pour cueillir...DES POMMES!

- "Mais ,mais... C'EST UN MIRACLE! s'exclama-t-il. Des pommes! en plein milieu du désert! Regardez! Des noix de cocos, des oranges, des bananes, des raisins et aussi..."

Il ne cessait de cueillir des fruits en chantant et en dansant. Puis Esmeralda, la cadette, s'adressa à sa mère.

- "Nous croyons savoir qui sont vos enfants et où ils sont."

À ces mots sa mère cessa de pleurer.

- "Vraiment!"

- "À vrai dire nous en sommes persuadés," ajouta Marie

Mais, avant même qu'elle ne puisse dire un seul mot, une tempête de sable les emporta. Fini les arbres fruitiers! Fini les enfants! Et bien sur Esmeralda se remit à pleurer.

Plus loin le tourbillon monta aux cieux et atterrit sur un nuage. Les enfants furent alors aveuglés par une lumière dorée. Cette lumière se mit à parler.

- "Mes enfants, vous devez savoir une chose. Vous ne devez jamais révéler mon identité et encore moins la vôtre! Cela pourrait mettre en danger votre existence. Voici un cristal magique. Il vous aidera. Allez mes enfants."

Ils atterrirent dans un village. Ils virent la pauvreté de ces habitants. Les gens vivaient sous un drap retenu par quelques planches de bois pourries, portaient des draps pour se couvrir le corps et mangaient des herbes. C'est alors qu'ils reconnurent leur village.

Ils décidèrent de jouer le grand jeu. Ils firent un feu et y jetèrent le cristal géant du soleil. Un éclair transperça le ciel et des tourbillons de poudre argentée enveloppèrent les gens, les maisons, les récoltes. Les maisons étaient de briques, quatre puits trônaient au centre du village et les gens portaient des chemises, des robes, des voiles et des pantalons de soie.

Les villageois insistèrent pour qu'ils restent et ils vécurent ainsi avec leur mère jusqu'au jour des 18 ans d'Esmeralda. Juan avait alors 21 ans, Maria 20 ans, Bénito 19 et Esmeralda 18. Leur mère ne voulait pas qu'ils partent.

- "Vous devez rester! Vous avez redonné vie au village!"

Marie, sous le choc, se jeta à l'eau et disparut dans les flots bleus de la mer.

- "MARIE! MARIE!", crièrent ses frères et soeurs.

Mais tout ce qui restait de Marie c'était sa rose blanche, donnée par sa mère, qui flottait sur le dessus de la mer. Elle avait disparu!

C'est alors que le soleil se mit à éclairer fortement la rive où poussa un magnifique bouquet de roses blanches. C'est alors que les enfants comprirent qu'elle ne voulait pas rester une enfant du soleil. Elle voulait rester auprès de sa mère, ce qu'elle a fait en se jetant à l'eau.

Désormais les roses blanches furent immortelles et Esmeralda (sa mère) reste au bord de la mer, auprès de sa fille Marie qui est, pour toujours, une enfant des eaux. Mais ça c'est une autre histoire...

©1996 -  
 

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh