Les vacances de l'escargot

  • Auteur : inconnu

L'histoire du conte "Les vacances de l'escargot"

Les Vacances de l'Escargot Les escargots ne sont pas comme nous.
Je ne parle pas de leur coquille, ni des cornes qu'ils ont sur la tête, ni du fait que leurs yeux soient placés au bout de ces cornes, ni même du fait qu'ils marchent sur le ventre ou encore qu'ils mangent de la salade sans vinaigrette. Non, les escargots ne sont pas comme nous parce qu'ils ne prennent pas leurs vacances quand il fait du soleil.
Pour nous, les humains, la seule chose qui compte, c'est qu'il y ait du soleil. Que l'on aille à la mer, à la montagne, à la campagne ou que l'on reste chez soi, on veut toujours du soleil.
L'escargot, lui, il préfère la pluie.
Il faut admettre qu'on n'a jamais vu une de ces petites bêtes retirer sa coquille pour se mettre à bronzer sur la plage. De même, si un escargot chaussait un ski, on voit mal comment il s'y prendrait pour utiliser le remonte-pente. Un escargot avec un maillot de bain, c'est aussi ridicule qu'un escargot avec des moufles et un anorak.
Mais soyons logiques, on n'aurait pas non plus l'air très malin avec une coquille sur la tête. Chacun ses petites habitudes.

Ce matin-là, il fut réveillé par un vacarme assourdissant. Il se retourna à l'intérieur de sa coquille, mit son oreiller sur ses oreilles et essaya de se rendormir mais... impossible.
De mauvaise humeur, il passa la tête dehors pour voir d'où venait ce raffut. Il déplia une seule de ses cornes et promena son oeil alentour. L'autre oeil restait confortablement à l'intérieur pour continuer à dormir. Il avança hors de la feuille et reçut un violent choc sur le coin de l'oeil. Aussitôt, il rétracta sa corne. Les escargots n'ont pas d'autre moyen pour se frotter les yeux lorsqu'ils se font mal.
La journée d'Ernest l'escargot commençait plutôt mal. D'autant que le bruit continuait. On aurait dit une violente mitraille. Cela résonnait à l'intérieur de la coquille comme dans une cloche. N'y tenant plus, Ernest se résolut à pointer l'autre corne. Avec prudence, il s'approcha du bord de sa couette en feuille de chêne.
Il comprit soudain ce qui se passait et sortit de sa coquille aussi vite qu'un enfant saute hors de son lit le matin de Noël pour aller voir ses cadeaux. Il fit voler la feuille comme on fait voler un drap.

Il retourna l'intérieur de sa coquille pour se préparer à partir. Depuis qu'il attendait ce jour, il n'allait pas le laisser passer.
On n'a pas idée de ce qu'il y a à l'intérieur d'une coquille d'escargot! Dans celle d'Ernest il y avait : salle de bain, cuisine, chambre à coucher et même... une armoire pour ranger ses idées noires quand il était triste et seul.
Ernest prit son petit déjeuner en vitesse : quelques feuilles de salade et un petit morceau de champignon pour se donner des forces. Il passa ensuite dans la salle de bain et, comme d'habitude, il laissa couler l'eau du bain trop longtemps.
Les gens pensent que les escargots sont sales parce qu'ils bavent et font de la mousse... c'est précisément le contraire! C'est parce qu'ils se lavent trop souvent qu'ils finissent par renverser l'eau du bain et que la mousse s'écoule au-dehors!
Ernest était prêt à partir.


Ernest prit une grande bolée d'air. L'humidité qui remontait de la terre et se mêlait à l'humus des feuilles mortes avait une odeur de vacances.
L'escargot n'est pas un rapide mais quand il a décidé d'aller quelque part, rien ne l'arrête.
Ernest remonta sa coquille comme d'autres remontent leurs manches et partit... ventre à terre.

Il arriva deux jours plus tard au pied de l'arbre. Il avait dû affronter une multitude de petits obstacles qui jonchaient le sol : feuilles jaunes, cailloux gris, branches mortes, etc. La pluie n'avait pas cessé de tomber, ce qui avait rendu le trajet plus agréable. S'il avait fait chaud, compte tenu de sa vitesse, son ventre se serait chauffé. Grâce à la pluie, il avait glissé en douceur.
Arrivé en bas de l'arbre, il pointa ses cornes vers le ciel.
- "C'est fou, pensa-t-il. Je ne pourrai jamais aller si haut. Pourquoi est-ce que j'ai eu cette stupide idée?"

La nuit tombait et la pluie ne tombait plus. Ernest jugea raisonnable, après deux jours de voyage, d'aller se reposer. Il regarda autour de lui mais ne trouva aucune feuille de chêne. Evidemment, puisqu'il était sous un hêtre! Il se cacha donc sous une feuille de hêtre et se réfugia dans la chambre de sa coquille.
Il dormit très mal car sa feuille de chêne lui manquait. Il avait beau savoir que, lorsqu'on est en camping, il faut se contenter de peu, son confort lui manquait. Il fit même un drôle de cauchemar. Il rêvait qu'il grimpait le long de l'arbre et, plus il montait, plus l'arbre grandissait, mais il ne pouvait faire demi-tour car, au fur et à mesure qu'il montait, le tronc au-dessous disparaissait. Il dormit si mal que, lorsqu'il se réveilla, il avait la sensation d'être encore plus fatigué que la veille au soir.
Son premier geste fut de pointer ses yeux vers le sommet de l'arbre. Il poussa un soupir de soulagement en constatant qu'il n'avait pas grandi. Il avait bien rêvé.



Il regarda à droite et à gauche, choisit une racine qui montait en pente douce et s'y dirigea. Ainsi, il commencerait l'escalade progressivement. Il rampa sur quelques dizaines de centimètres puis atteignit le tronc proprement dit.
Lentement, il se hissa. La partie inférieure du tronc était couverte de lierre. Ernest en profita pour en grignoter quelques feuilles.


Le huitième jour, Ernest regarda vers le bas...et regarda vers le haut.
- "Je suis à mi-chemin", fit-il d'un air satisfait.
Et Ernest décida de se reposer un peu. Il profita d'un morceau d'écorce décollée pour se caler, rentra dans sa coquille, s'installa douillettement et s'endormit.

Il fut encore réveillé brutalement le lendemain matin. Il se sentit arraché de l'arbre. Il crut qu'il tombait. Sa coquille allait-elle supporter le choc ? Mais il ne tombait pas. Il était chamboulé dans tous les sens. Ernest se gardait bien de sortir la tête. Caché au fond de sa spirale, il attendait avec angoisse que le cataclysme s'arrête.
Au bout d'une dizaine de minutes, il sentit un choc. Sa coquille était posée à l'envers et il entendait des voix qui se disputaient. Il reconnut une querelle d'écureuils:
-"Espèce de noisette mal épluchée! disait une des voix. Tu n'vois pas que c'est un escargot? Les écureuils ne mangent pas d'escargots. Faut le laisser repartir".
Ernest salua poliment le couple d'écureuils et leur expliqua qu'il avait encore du chemin à faire pour atteindre la cime.
Un des écureuils le regarda avec étonnement.
- "Vous allez là-haut? J'y vais aussi, je vous emmène?"
Ernest n'eut pas le temps de dire oui ou non, l'écureuil le prit et l'emmena sur la plus haute branche.

Pourtant, Ernest ne regardait que vers la branche tout près de lui, une branche très fine sur laquelle l'attendait... Hélicia!
- "Je suis contente que vous soyez venu, fit-elle, nous allons pouvoir nous fabriquer de jolis souvenirs de vacances à tous les deux".
Jean-Michel

http://www.momes.net/francophonie/listedhistoires.html

©

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh