Métro

L'histoire du conte "Métro"

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

 

Métro

une histoire écrite par

Chloé

juillet 1999

Le tunnel était bruyant. Les courants d'air hurlaient, les pas résonnaient. Le rugissement des machines faisait fuir les gens. Beaucoup de monde se trouvait là. Et pourtant Elle se sentait seule. Qu'est-ce qu'une personne dans un métro ? Une image, une paire d'yeux qui vous fixent, qui vous jugent, mais pas une âme. Ceux qui sont là n'en ont jamais. Ils vivent pour eux, dans un coin. On ne connaît pas le voisin, on l'ignore. Il n'existe pas. A la sortie de la station ils redeviennent des êtres humains, au contact du ciel et de l'air. Elle le sait bien. Cela fait trois ans qu'Elle prend le métro. Elle est jeune, mais qu'importe son âge, c'est une voyageuse.
Au début Elle croyait que l'on pouvait dérider les gens dans le métro, mais Elle a très vite compris que c'était peine perdue, alors Elle est devenue comme les autres, triste, terne. Surtout ne pas faire paraître ses émotions. Elle vient de changer de ligne. Elle rentre chez elle.
La journée s'est plutôt bien passée, mais fut fatiguante. Voilà le métro. Elle ouvre la porte, attend que les gens sortent, puis entre. Il n'y a pas de place assise. Comme d'habitude à cette heure ! Les portes se ferment, Elle gagne le fond du wagon. Le métro s'ébranle, puis prend de la vitesse. Un vieil homme chantonne près d'Elle, lui au moins ne se laisse pas impressionner par la froideur de la foule. Ses vêtements sont usés, les couleurs de sa veste sont ternes, sans éclat de joie et pourtant il est gai.
- Pourquoi les gens sont-ils toujours attristés dans le métro ?
Il vient de rompre le silence.Les autres passagers l'ignorent. Un homme a un sourire furtif. Nouvelle station. Une femme au manteau rougeâtre trouve une place assise, d'autres personnes sortent.Le vieil homme change de siège pour s'installer en face du manteau rouge.
- Et vous, pour quelle raison êtes vous malheureuse ?
Ça y est, pensent la plupart des voyageurs, le vieux récidive.
- Je vous appellerai Blanche-Neige.
Ce n'est pas possible, il a une case en moins !
Elle sourit. La dame a des papiers à la main, Elle peut lire un traitement fait de médicaments aux noms compliqués. Elle a appris à se méfier de médicaments aux noms compliqués. Elle remarque alors que la dame a un air triste.
- Je viendrai boire le café chez vous.
Il devient gâteux maintenant.
Malgré tout, les gens sourient
- J'apporterai mon sucre si vous voulez. Je vous donnerai bien un bonbon mais je n'en ai plus qu'un. Je vous offrirai le papier si vous voulez.
Là, les voyageurs commencent à drôlement s'amuser
- Ce soir je vais acheter un pain et puis, je rentrerai chez moi. Mais je serai seul. (La voix du vieux se fait grave.) Blanche-Neige est partie. Je croyais qu'elle reviendrait, mais je me trompais.
Certaines personnes se retiennent pour ne pas éclater de rire. Elle sourit vaguement, Elle croit déceler une note de chagrin dans ces paroles.
- Elle est partie, répète-t-il, elle était triste comme vous. (La dame lui fait un large sourire.) Et puis pfft ! Plus de Blanche-Neige !
Quelques passagers rient à gorge déployée Elle est très fragile, Elle est très pâle et ne rit pas du tout. Elle est la seule à comprendre et en est très troublée. L'ordonnance est toujours dans les mains de la jeune femme. Elle aperçoit : «Pour GUESLAT El...». Elle a peur.
- Mais c'est promis, vous ne partirez pas ?
À la prochaine station se trouve le terminus. Elle se précipite hors du métro, descend les marches quatre par quatre. Elle attend son bus. Le vieil homme sort. Il disparaît au coin de la rue. Seul.
Plus tard dans le bus, chez elle, Elle se reproche son imagination débordante. Elle se met à ses devoirs et oublie...
Jusqu'au jour où, jetant un coup d'oeil à la rubrique nécrologique du journal elle aperçoit ce faire-part de décès: «Eliane Gueslat vient de disparaître à l'âge de 35 ans après une longue maladie. Adieu, tu nous manqueras, toi qui était notre Blanche-Neige. ».
Elle hoche la tête, Elle sait.

©1995-99

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh