Neige orange

L'histoire du conte "Neige orange"

mini-dossier l'hiver

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

 

NEIGE ORANGE une histoire écrite par

Bryan

novembre 1997 Les lumières orange des réverbères se réflétaient sur la neige blanche et moelleuse tombée au cours de la journée. Excepté le faible crissement de mes pas, aucun son ne troublait le silence. Tout était calme; la tempête n'était plus qu'un vague souvenir car le vent s'était essouflé avec le coucher du soleil. Quatre heures trente. Je rentre chez moi, dans cette atmosphère si sereine, orange. Et j'y serais bien resté pour éviter le silence encore plus assourdissant de ma maison vide, si vide... Telle la continuité de la route, je vois cette forme ondulée et orange sur mon perron. Au moment où j'approche, elle lève la tête. Une chatte! Mais c'est avec peine que je la nomme ainsi, car cette boule orange n'a plus que la peau sur les os et semble si faible que bien vite la pitié m'envahit. J'entre alors chez moi, la laissant seule, tentant vainement de l'oublier. Car, quelques secondes plus tard tout juste, je suis déjà à la fenêtre et mon regard se porte sur le pauvre félin. D'instinct, sans même y penser, je lui prépare un bol de lait chaud. Quand je le porte à ses côtés, elle tressaille. Elle se serait probablement sauvée si ses forces lui avaient permis. Une étrange lueur passe dans ses yeux. Elle a faim, mais sa peur domine. Au moment où sa patte orangée touche enfin le mystérieux liquide, il ne fume plus. Lorsque sa langue en boit, il s'est certes refroidi, mais j'espère quand même qu'il lui procure quelque bien. Mais pourquoi? Pourquoi tant de peur? Qu'a-t-il bien pu lui arriver? Qu'est-ce qui peut expliquer le manque de confiance de cette petite boule de poil orange? Je l'empoigne, ma main se referme sur le poil orange. Elle gémit. Elle ne peut pas en faire plus... Je gémis de pitié moi aussi devant tant de souffrance. Et c'est tout ce que je peux faire. Je la pose devant le feu, devant la flamme orangée de mon foyer. La réaction de la chatte est immédiate. Elle fixe sa soeur de couleur, se laisse attendrir par cette chaleur qui lui a si longtemps manqué. Avec un peu d'imagination, je vois même un sourire et des larmes sur son visage. Je l'ai sauvée. Lentement, elle prend confiance. Bientôt, je peux même caresser son doux pelage orange et elle me répond par un faible ronronnement. Moi aussi je souris. Ma maison silencieuse ne l'est plus. Mon coeur aussi froid que son corps orange se réchauffe aussi. Sans le savoir, en ce jour orange, je m'étais sauvé en sauvant Neige.

 

Cette Neige orange.

©1996 -  
 

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh