Notre aventure à nous

L'histoire du conte "Notre aventure à nous"

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

 

Notre aventure à nous une histoire écrite par

Marie Sébire, 11 ans

mai 1998

C'est une histoire qui s'est passée en Arabie, à notre époque, il n'y a que quelques années.
Dans le grand palais du maharaja, vivait une jeune fille: Mahé.
C'était une servante, assez maltraitée, mais elle n'était pas la seule. Beaucoup d'autres travaillaient aussi. Elle avait un ami, Christopher Fahala. Il était, aux yeux de la jeune fille, beau, sympathique et surtout mignon avec ses yeux bleus, ses cheveux chatains courts, ses taches de rousseur sur le visage et sa peau mate. Il ressemblait assez à son amie, sauf que elle, avait une peau assez blanche et des cheveux un peu plus longs.
Ce jour-là, le palais avait envoyé quelques enfants servants près du désert trouver des fleurs des sables. Ces plantes étaient rares donc très chères. Le maharaja aurait tout donné pour en trouver. C'est pourquoi il envoyait chaque semaine, une dizaine d'enfants en chercher. Mahé et Chris faisaient partie du groupe.
C'est à ce moment que la jeune fille prendrait la fuite. Enfin arriva le grand moment. Elle était avec Christopher:
- Tu ne peux pas partir! lui dit-il
- Je n'ai pas le choix, c'est eux qui m'y obligent, je suis désolé.
- Alors je viens avec toi!
- Je suis folle, je sais, alors ce n'est pas la peine, tu cours un grand danger.
- Pas plus que toi, dit Chris
- Je reviendrai te chercher, c'est promis.
Elle partit en courant, laissant Chris au coeur de la ville. Celui-ci ne se laissa pas faire, il courut rattraper la fugueuse et lui lança:
- Je ne te laisserai pas seule. S'il y a du danger à courir, alors soyons deux.
Il ne laissa pas à la jeune fille le temps de répondre. Il la prit par la main et se mit à courir dans une direction quelconque. Ils coururent comme ça longtemps, jusqu'à épuisement.
- Je n'en peux plus, fit Mahé, arrêtons-nous là.
- Bonne idée, approuva Chris
- Tu crois qu'ils se sont aperçus de notre disparition?
- Non, sûrement pas; ils s'en apercevront lorsque nous devrons rentrer.
- Donc nous avons à peu près une heure devant nous.
- Oui.
- Bon je crois qu'il est temps d'y aller, dit Mahé à peine remise de sa course.
Christopher ne répondit même pas, il se leva et commença à marcher, suivi de Mahé. Ils marchèrent comme ça jusqu'à la nuit. Puis, ils s'arrêtèrent, fatigués, et ils s'endormirent.
Le lendemain, il faisait déjà grand jour. Pourtant, trois grandes silhouettes d'hommes sur des chevaux se dressaient devant eux. Mahé demanda, prudente:
- Qui... qui êtes vous?
- Pas de questions! Montez derrière, allez! Obéissez et vite! fit l'un d'eux, à la mine plutôt anglaise.
En chemin il accepta de leur parler.
- Nous ne sommes plus très loin du château maintenant.
- Quoi?! hurla Mahé
- Tu n'avais donc pas compris? demanda un autre cavalier plutôt arabe.
- Non, je vous en prie pas ça, il... il
- Vous avez pris un énorme risque, vous vous expliquerez devant le maharaja.
- Non!
- Plus un mot! ordonna l'anglais.
Ils reprirent la route en silence. Christopher n'avait pas dit un mot et Mahé était décidée à ne plus parler.
Une fois arrivés, les deux enfants furent conduits dans une salle où ils rencontrèrent le maharaja, en personne.
- Raoul, Jim et Mickey vous ont heureusement retrouvé! commença-t-il
- Si c'est pour nous faire du mal ce n'était pas la peine, se défendit Mahé.
Tout ce quel récolta pour avoir parlé fut un coup de coude de Chris.
- Tu ne parles que lorsqu'on te demande. Revenons en à... votre fugue. Tous les deux vous allez bientôt le regretter.
- Je vous interdis de toucher Chris, c'est moi qui...!! hurla la jeune fille
- Mahé, tu partiras en Angleterre; tu y es attendue avec une autre fille: Cathy Dessone, fit le maharaja en gardant son calme.
- Dessone?!
- Elle a le même nom que toi, je sais. Tu partiras dans neuf jours.
- Neuf jours déjà!
- Jim, Mickey, raccompagnez la dans sa chambre, et vite.
Les deux hommes sortirent Mahé très brutalement. Celle ci se débattait et criait:
- Je ne veux pas partir, ne touchez pas à Chris, ne le touchez pas!! Chris!!
Une fois que Mahé fut partit le maharaja parla à Chris:
- Toi, Chris, tu n'aurais jamais du la suivre.
- Je sais
- Pourtant, j'ai bien l'impression que tu n'avais pas le choix, mais je n'aimerais pas que cela recommence.
- Qu'est que vous allez me faire?
- Tu verras, je ne peux pas t'expliquer, mais tu verras. Reconduit le Raoul.
Chris ne se débattit pas, il ne se fit pas tenir. Mais en chemin, pas très loin de la chambre de Mahé, il se sauva et courut à la porte de son amie. Raoul ne se doutait pas de son objectif, il le suivit en marchant. Enfin, le garçon parla à Mahé.
- Mahé? Mahé écoute moi, ils ne m'ont rien fait et ils ne me feront rien,
ça va?
- Chris? C'est toi?
- Mahé je ne veux pas que tu partes.
- Moi non plus, oh Chris, je... j'ai peur.
- Désolé, il arrive.
En effet, Raoul était là. Sans un mot, il empoigna Chris qu'il accompagna dans sa chambre en prenant bien soin de la fermer à clef. Chris s'allongea sur son lit, sa vie allait être bouleversée, sans Mahé il sera tout seul. Il resta là, comme ça, à contempler le plafond et à penser. Enfin, il vit une enveloppe glisser sous sa porte, elle lui était adressée; c'était le maharaja.
Il put lire:
"Christopher, je ne peux rien te faire, et pourtant tu resteras dans ta chambre, sans sortir, comme Mahé, jusqu'au jour du départ de son départ. Tu n'auras droit à aucune visite, tu mangeras dans ta chambre et tu ne reverras Mahé qu'une seule fois: lorsqu'elle partira, mais tu ne lui parleras que quelques instants, sinon vous pouvez vous communiquer par lettre (deux fois par jour seulement).
Après, tu pourras reprendre la vie habituelle, comme les autres.
le maharaja"
Cette lettre lui fit mal au coeur, il la posa sur son bureau et entama une lettre pour Mahé où il écrivait:
"Mahé, je viens de recevoir une lettre du maharaja où il écrit que nous n'aurons le droit de nous voir que le jour de ton départ, sinon nous n'aurons le droit de nous écrire que deux fois par jour, pas plus, pour moi ce n'est pas assez, j'aimerai que tu ne partes jamais. Chris"
Puis il attendit. Il voulait absolument donner la lettre, enfin, il entendit quelqu'un s'approcher de sa porte, elle s'ouvrit, un enfant vint lui donner un copieux repas.
- Tiens. Porte-la à Mahé Dessone, chambre 12. S'il te plaît, demanda Chris
L'enfant ne répondit pas, il prit la lettre et partit. Lorsque Mahé lu la lettre, elle se mit à pleurer. Puis, elle prit une feuille, un stylo et écrivit:
"Je les déteste, on n'a pas le droit de tenir des enfants enfermés si longtemps, on n'a pas le droit de nous tenir séparés. Je ne crois pas que j'arriverai à les supporter plus longtemps. C'est la seule, l'unique bonne raison de partir. Mahé"
Neuf jours passèrent. Rien n'était pareil. La communication par lettres ne leur plaisait pas. Pourquoi s'être enfui. Enfin, on vint chercher Chris dans sa chambre, c'était Raoul, l'arabe, il accepta de lui parler.
- Neuf jours on passé, entama-t-il, tu vas enfin pouvoir lui parler.
- Je sais.
- Tu n'auras droit qu'à quelques minutes. Tiens, la voilà.
Mahé était avec Jim et Mickey, elle attendait, quand elle vit Christopher, elle sourit tandis que les gardes les laissaient.
- C'est très bizarre qu'ils aient tenu leur promesse de te faire venir.
- Qu'est ce que je leur dis de ta part?
- Juste que je regretterai toujours d'avoir connu des... des...
- Je sais, fit Chris.
- Tu me manqueras, toujours.
- Moi aussi, je serai tout seul, sans toi.
- Je t'écrirai tous les jours, c'est promis.
- Sûr?
- Sûr, répondit Mahé.
- Mais pourquoi tu pars?! Cria Chris
Mahé n'eut pas le temps de répondre, les trois hommes lui dirent de les rejoindre, l'avion était là. Cathy Dessone était déjà à l'intérieur. Puis se fut son tour, elle fut placée en face de Cathy. Enfin l'avion décolla. C'était un petit avion d'à peu près 20 places. Les deux filles se dévisagèrent quelques instants. Cathy avait les yeux bleus, la peau un peu bronzée et les cheveux blonds mi-longs. Enfin, Cathy parla.
- Qui es-tu? demanda t'elle, je ne t'ai jamais vue au palais?
- Je m'appelle Mahé, et toi je suppose que c'est Cathy
- En effet et j'ai 11 ans
- J'en ai 13
- Tu étais servante?
- Oui, tu sais pourquoi nous partons?
- Je crois que nous sommes attendues, dit Cathy
- Tu avais un ami?
- Ca dépend, je m'entendait bien avec certaines filles, mais pas très bien, et toi?
- Je ne préfère pas en parler.
Elle discutèrent longtemps, elle ne virent pas le voyage passer. Enfin, quelques heures plus tard, elles arrivèrent en vue de l'Angleterre.
- Ca y est, nous arrivons, fit Jim.
- Alors c'est ça l'Angleterre, soupira Mahé, c'est pour ça que j'ai quitté Chris?
- Chris? demanda Cathy.
- Un ami.
Christopher lui manquait déjà, et ça se voyait. Cathy avait pitié.
- Il te manque? commença-t-elle.
- Possible.
Enfin, l'avion atterrit, les jeunes filles descendirent. Raoul était avec elles et leur expliqua un peu.
- Je vais vous conduire dans un petit hôtel où vous attendrez qu'on vienne vous chercher, peut-être que vous resterez assez longtemps, mais ne vous inquiétez pas, on s'occupera bien de vous.
- Et après? demanda Cathy.
- Après, vous ferez ce qu'on vous dit de faire.
Elles montèrent en voiture et arrivèrent enfin à l'hôtel. Vu de l'extérieur il n'avait rien d'attirant.
- Voilà votre hôtel .
- Pardon? murmura Mahé.
- Tu peux dormir dehors aussi, répondit Raoul vexé
Une fois à l'intérieur, elles firent la connaissance de Marc, le cuisinier, puis de Mathieu, l'homme qui occupait l'accueil. Enfin on les conduisit
à leur chambre, mignonne, mais très petite, juste assez grande pour deux personnes. Enfin, les jours passèrent, quatre au total, elles
étaient bien et espéraient rester.
Soudain, le quatrième soir, elle entendirent des voix devant l'hôtel.
- Cathy, tu entends? s'inquiéta Mahé
- Oui, il n'y a personne à cette heure ci dehors!
- Viens voir à la fenêtre.
A la fenêtre, elles virent quatre hommes en train de parler. Ils étaient armés et apparemment énervés
- Qui est-ce Mahé?
- Regarde, il y a les deux hommes qui m'ont récupérée, Jim et Mickey, avec Raoul!
- Que font-ils?
- Allons voir, dit alors Mahé.
- D'accord, mais, attention, dit Cathy tout haut.
- On se cachera derrière les voitures, j'ai toujours trouvé qu'ils
étaient louches.
- Allez, on y va.
Descendues, les deux filles tremblaient, mais peut-être qu'une fois l'affaire résolue, elles pourraient connaître toute la vérité de leur poste en Angleterre. C'est ce qu'elles se disaient sans arrêt.
- Ils nous ont suivies.
- Tais-toi Cathy! Il savaient où nous étions. chuchota Mahé.
Soudain, une envie d'éternuer prit Cathy, hélas, elle ne put se retenir!
- ...ATCHOUM ...!
- Oh non, soupira Mahé
- Mickey, va voir, fit Jim, le plus redoutable.
- Cours Cathy!
Mais Cathy était rentrée dans l'hôtel alors que Mahé se faisait courir après. Soudain, un chien sortit d'entre les voitures, c'était un berger allemand, bizarrement, il s'attaqua aux hommes, il les repoussa un peu, mais pas assez. Ross, le plus jeune, mais aussi un autre, que les filles ne connaissaient pas, tira, non sur le chien, mais sur Mahé!
Heureusement en mauvais tireur, il ne fit que l'effleurer:
- AH!!! cria t'elle
- Non!! Cria Cathy à son tour, elle était de plus en plus inquiète, je ne peux pas la laisser, on m'a dit qu'il y avait un interphone en haut.
Elle courut et arriva au premier étage.
- Allô? dit la jeune fille en appuyant sur le bouton.
- Oui?
- Appelez la police, mon amie est en danger, c'est Cathy!
- Pardon?
- Vite, je vous en prie.
- Mais que se passe-t-il? demanda Mathieu, l'homme de l'accueil.
- Je vous l'ai dit, mon amie est en danger!
- Mais...
- Laissez tomber! coupa Cathy.
Elle raccrocha, autant appeler de sa chambre. Une fois en haut, elle fit le numéro et attendit, mais il n'y avait pas de tonalité, et rien au bout du fil.
- Oh non, mais qu'est ce qui se passe, répondez !
Elle refit le numéro plusieurs fois, mais rien à faire, elle finit par raccrocher, désespérée.
- Bon, je vais essayer d'aller aider Mahé.
Et elle descendit les escaliers en courant. Elle ne prit pas le temps de prendre l'ascenseur et quant elle fut en bas, elle se cogna contre un garçon:
- Excusez-moi, je suis très pressée
- Que se passe-t-il? fit le garçon
- J'ai une amie en danger, tu pourrais m'aider?
- Qu'a-t-elle?
- Elle est danger, des hommes la suivent, ils vont la tuer vite! répéta Cathy.
- Où sont-ils?
- Partis vers la rue Tchol
- Je te suis!
- Par là, indiqua Cathy
Mais, juste après la rue:
- Un carrefour! dit le garçon
- Où va-t-on?
- Nulle part, fit une voix derrière eux
- Mahé! sursauta Cathy
- Je m'en suis déb... Chris, fit Mahé en regardant le garçon.
- Mahé!
- Chris! Chris! Mais que...
Elle lui sauta au cou.
- Oh! Christopher, je croyais t'avoir perdu!
- Moi aussi, fit Chris.
- Mais, vous vous connaissez? demanda Cathy
- Oui! C'est Christopher, je t'en avais parlé dans l'avion.
- Vous m'expliquerez plus tard, mais maintenant, allons-nous en, je n'ai pas envie qu'ils nous trouvent
- Tu as raison, firent les deux amis en choeur.
- Par là, une cachette, intervient Chris
- Cathy, viens, ne reste pas là, dépêche-toi!
- Ils arrivent, ils nous suivent! fit Cathy
- Viens vite! fit Mahé
- Où êtes-vous?
- Derrière le taxi, chuchota Christopher
Cathy les rejoignit. Quant les hommes furent passés, ils descendirent et se précipitèrent vers l'hôtel
- On a eu chaud, fit Cathy à peine rassurée.
- Tu as raison, approuva Mahé, mais en tout cas, j'ai appris que c'est nous qu'ils cherchaient.
- Mais pourquoi? demanda Chris.
- Je n'en sais rien, mais je compte le sa...
- Qu'est ce que c'est?! coupa Cathy apparemment apeurée.
Mahé se retourna et découvrit un chien, un berger allemand, un peu blessé, le chien qui l'avait sauvée!
- Oh! Ne t'inquiète pas, c'est lui qui m'a sauvée.
- Mais, à qui appartient il? demanda Cathy
- Si je le savais, je te l'aurais dit.
Ils ne dirent plus rien, Mahé le caressait avec affection puis l'entraîna avec ses amis jusqu'à l'hôtel. Plus loin, les poursuivants cherchaient:
- On les a perdues! déclara Jim.
- Y faut qu'on les trouve, faut leur faire la peau! répondit Mickey.
- Du calme les gars, fit Ross, on va les retrouver, c'était
évident, on n'pouvait pas les avoir du premier coup, et puis je vous signale qu'on n'va pas leur "faire la peau" avant qu'on nous ai donné le signal.
- Mais pourquoi ont-elles quitté l'Arabie? demanda Raoul.
- J'en sais rien, mais en tout cas, on aurait du leur donner ce foutu papier après, râla Ross, allez on rentre!
Les trois enfants étaient rentrés dans la chambre des filles en compagnie de leur nouveau chien, Floch, son nom avait été choisi à l'unanimité.
- Alors Floch, tu apprécies ton nouveau nom?
Floch léchait ses nouveaux maîtres tour à tour.
- Chris? Quand pars-tu? demanda Mahé
- Je... Je ne sais pas trop. En fait, je n'avais pas grand intérêt au palais alors, ils ont réfléchi et finalement ils ont décidé de m'envoyer vous voir pendant un certain temps, et, si tout va bien, je reste avec vous. Mais, vous les connaissez, je n'ai pas beaucoup de chance de rester, mais, en ce moment, je suis avec vous.
- Qui ils? demanda Cathy.
- Le maharaja, ses ministres et tout le reste.
Puis, le temps passa, il se fit tard, les enfants s'endormirent. Cathy
était dans son lit, Chris et Mahé dormaient dans le même, ils ne se réveillèrent qu'au matin.
- Eh, Mahé, Chris, dit la plus jeune, regardez cette lettre.
En effet, il y avait une lettre glissée sous la porte
- Attends, je vais la lire, fit Mahé. Oh non! Cathy, nous sommes attendues en France!
- Oh, non alors, encore un voyage, mais nous sommes si bien ici.
- Vous allez partir? demanda Chris inquiet.
- Tu as dit que tu restais avec nous! approuva Cathy
- Oui c'est vrai!
- Personne n'avait prévu que vous partiez.
- Et puis zut à la fin, s'énerva Cathy, d'abord on nous envoie ici, on est bien, puis finalement, comme ça, on nous balade, bientôt, on va se retrouver en France. Je ne comprends plus rien, et puis d'abord, qui nous prouve que quelqu'un nous attend vraiment, hein?
- Cathy, ça fait seulement 4 jours que nous sommes en Angleterre, il y a peut-être eu une erreur.
Cathy se calma, mais pour rien au monde elle n'auraitété convaincue. Les enfants décidèrent qu'ils ne préviendraient pas le palais. Chris allait partir avec les filles. Comme le palais ne saurait pas où il irait, il ne le retrouverait pas. Chris devait maintenant se considérer comme un orphelin qui avait toujours connu la rue. Quant à Floch, il était très heureux de ses trois nouveaux compagnons. Mais qui croyait que ce jeune chien allait sauver des vies...
- Quand devons nous partir? Demanda Chris.
- Cet après-midi, répondit Mahé
- Avec qui? ajouta Cathy
- Ce ne sera pas un avion privé, fit son amie
- J'ai entendu dire qu'il y en avait un ce matin; on va le prendre, ce sera plus pratique, commença Chris
- Et une fois là bas, il n'y aura personne pour nous récupérer, affirma Cathy.
- Il suffira d'attendre et dès que l'avion que nous aurions dû prendre arrivera, on fera comme si on l'avait pris.
- Mouais... Je ne suis pas très emballée, il pourrait y avoir un problème, dit Mahé hésitante.
- On peut ne pas y aller, mon idée n'est peut-être pas très bonne.
- Oh si, autant y aller maintenant, décida Cathy, tu es d'accord Floch?
Floch ne pouvait rien dire mais apparemment il était, selon les enfants, assez d'accord. Et finalement, ils prirent l'avion pour Nice et se débrouillèrent pour garder le chien à côté d'eux. Difficile, celui-ci n'arrêtait pas de grogner et de bouger. Mais dedans, Cathy, Mahé et Chris entendirent des voix familières qui disaient:
- Normalement, elles devraient prendre l'avion de cette après midi. Nous irons au bar en arrivant et nous reviendrons à l'heure de l'arrivée.
- Bonne idée, mais comment prendre les filles?
- Je me suis procuré des cartes.
- Et le garçon, qu'est ce qu'on va en faire?
- Il risquerait de devenir dangereux pour nous.
- C'est-à-dire?
- Un témoin, il faudra s'en débarrasser très vite.
Les enfants écoutèrent mais pensèrent tout de suite à une coïncidence, ce qui était normal.
- Mahé? fit Cathy.
- Oui?
- J'aimerais retourner en Arabie, retrouver notre père!
- Cathy, arrête de faire des histoires. J'en ai assez. Ca va être génial en France!
- On est à peine resté quatre jours en Angleterre!
- Oui, remarqua alors Mahé. Mais bon, prenons la vie du bon côté.
- Tu as raison, ça va être génial, et on va enfin savoir qui nous attend.
- Eh les filles, regardez, un lac, coupa Chris.
Apparemment, il avait dit ça parce qui avait envie de dire quelque chose. Ils restèrent un moment en silence. Ils voulaient parler mais ne savaient pas quoi dire.
- J'ai soif, je reviens, fit Cathy.
Cathy se leva doucement et partit boire. En y allant, elle vit... La bande des quatre malfaiteurs, ceux qui avaient tiré sur Floch! C'est eux qui parlaient il y avait quelques instants! Elle ne s'attendait pas à les voir dans l'avion mais quand elle les vit, elle resta immobile.
- Oh! non! gémit-elle.
- Raoul! la gamine! fit Jim.
- Cathy? Attrape-la Ross, ou elle va prévenir les flics! s'étonna Raoul.
Le personnel de l'avion, les clients, tous essayaient d'empêcher Ross de rattraper Cathy, mais aucun n'y arrivaient. C'était un vrai champ de bataille dans l'avion. C'est alors que Jim sorti un pistolet de sa poche
et obligea les pilotes à ouvrir les portes. Il y eut des cris lorsqu'elles s'ouvrirent, heureusement personne ne se fit emporter car le pilote avait pris la précaution de faire descendre l'avion, le plus proche du sol.
- Mahé! hurlait Cathy
- la ferme, dit l'agresseur en sortant les parachutes.
- Cathy? se disait Mahé. Rattrape les Floch, vite!
Trop tard, les portes de l'avion étaient ouvertes, Ross, Jim, Raoul et Mickey avaient sauté.
- Tant pis, se dit Mahé, j'en fait autant. Floch, Chris venez!
Le personnel les empêcha de sauter, mais ils forcèrent et réussirent, un adulte avait sauté à son tour mais ne réussit pas à les rattraper. Finalement, les "kidnappeurs " et Cathy atterrirent dans un tas de foin.
- Raoul, j'avais confiance en vous! cria-t-elle.
- C'est bien dommage petite... on s'en va avant que l'autre s'amène.
- Mahé! Chris!
Mahé était presque au sol, mais n'avait pas le temps et fit sauter Floch
à 3 mètres. Chris quant à lui était déjà arrivé et courait le plus vite possible
- Chris, vite! fit Mahé de plus en plus inquiète. Grouille-toi sale parachute! enfin, vite!
Cependant quelques mètres devant :
- Plus vite Ross! fit Raoul
- T'as qu'à la porter toi!
- Lâchez moi, je sais courir! dit Cathy
- Pas question, fit Ross.
- Une voiture, dit Mickey
Mahé s'inquiéta: arriveraient-ils à temps?
- Plus vite Chris, plus vite! Floch, dépêche toi!
- Allez monte Ross on s'en va, fit Raoul.
- Oui, voilà. répondit Ross.
- Ah!! criait Cathy avant de recevoir un coup sur la tête et de s'évanouir.
- Au revoir les gamins, disait Jim.
C'était hélas trop tard. Les bandits accompagnés de la pauvre fille
était partis!
- Stop Floch, c'est trop tard.
Ils désespéraient à l'idée de ne plus voir leur amie.
- On va pas la lâcher comme ça, fit Mahé
- On ne peut plus rien faire, viens, allons prévenir la police.
- Oh! taxi? fit-elle surprise.
Christopher se retourna, surpris à son tour, mais heureux
- Oui, où voulez-vous aller? demanda le chauffeur.
- Suivez cette voiture s'il vous plaît.
- Oh, oh!, dit-il en riant. Nous sommes en plein roman ou c'est la caméra cachée. Allez, on y va.
Quelques instants plus tard, les deux voitures s'arrêtèrent devant une maison au bord de la mer, entourée de rochers qui brillaient grâce au soleil éclatant. Elle était petite, mais somptueuse. Les vagues claquaient fort et laissaient filer leur bonne odeur de mer. On pouvait voir les mouettes chanter et danser dans le ciel bleu, aucun nuage ne gâchait l'horizon. La longue ligne sur la mer, l'horizon, était très droite. Mahé et Chris étaient éblouis, cette maison était plus que belle, et pendant quelques instants, Ils ne pensèrent même plus à Cathy. Enfin, quand ils eurent reprit leurs esprits, Mahé dit:
- Déposez nous ici, merci et au revoir.
- Eh, c'est 38 francs.
- Tenez, gardez tout.
- Merci, fit alors le conducteur.
- De rien, mais on n'a pas de temps à perdre, fit Mahé avant de disparaître accompagnée de Chris et Floch
Ils rentrèrent dans la petite maison mais avec une grande peur. Et si ils avaient déjà tué Cathy, et si il les voyaient! Tant pis, il fallait sauver leur amie.
- Il fait noir ici! Lança la fille
- Normal, on n'a pas allumé la lumière et il n'y a pas de fenêtre.
- Elle est mal faites cette entrée
- Ross, fit alors une voix derrière le mur qui les séparaient de la toute petite base, viens.
- Oh, il y a quelqu'un! chuchota Chris
- Oui Jim, répondit Ross.
- Emmène la fille dans la caverne, comme ça il en restera plus qu'une.
- Oui!
- Non ! criait Cathy maintenant réveillée.
- Cathy? s'inquiétaient Mahé et Chris qui s'étaient rapprochés, maintenant au creux d'un rocher de la base.
- Ca fera une noyade de plus.
- Ils vont la noyer?! s'inquiéta Mahé beaucoup plus fort
- Non!!! hurlait la prisonnière
- N'oublie pas le fusil! fit Jim en riant de plus belle.
Ross déposa Cathy dans une caverne qui conduisait à la mer, prit le fusil et attendit sur un rocher. Aïe, la marée montait dans cette drôle de cage.
- La marée! se disait la fille, vite, il faut sortir.
Dès qu'elle fut sortie, Ross tira.
- Oh non, je suis coincée!
Elle désespérait complètement. Mais soudain, elle vit un trou.
- Une sortie! Super!
Elle se demandait où cette sortie allait la conduire. Cependant, au creux d'un rocher, Mahé et Chris, qui ne pouvaient rien faire pour l'aider, commencèrent à paniquer. Cependant, il restèrent assis.
Floch couina. Il savait que ses maîtres avaient des soucis. Il posa sa tête sur les genoux de Mahé puis sur ceux de Chris pour les consoler. Soudain, Mahé sentit une main lui taper dans le dos. Elle se retourna de peur que ce soit les bandits.
- Cathy!!! fit-elle heureuse.
- Mahé, Chris !!!
- Tu es vivante?! fit Mahé en serrant la survivante dans ses bras. Oh, J'ai cru t'avoir perdue.
- Chris!!
Chris, à son tour, se fit entraîner vers Cathy. Soudain, Floch grogna. Il
était nerveux.
- Oh non! On a dû nous entendre! dit Cathy en quittant les bras de Chris
- Mickey! va voir, j'entends du bruit, fit la dure voix de Jim
- Partons, dit Cathy
- Floch, viens.
- Eh, il part par là bas, fit la fille apeurée.
- Floch, ici, gronda Mahé.
- Suivons le, on ne sait jamais, il pourrait bien nous conduire jusqu'à ... commença Christopher
- Une porte là! coupa Cathy qui s'était remise de sa mésaventure
- Entrons.
- Non! Cathy c'est de la folie!
- Trop tard. fit Cathy. Il arrive
Mickey entrait. Après mûre réflexion, les trois amis s'étaient cachés sous un vaste bureau.
- Jim, y a rien!
- O.K. Mickey
Enfin, Mickey sortit de la pièce... après avoir marché sur la main de Mahé et y être resté bien longtemps!
- Aïe! fit-elle doucement en enlevant sa main. Bon on s'en va.
- Attendez, regardez, fit Chris en feuilletant un document.
- "Dossier Mahé et Cathy Dessone", mais, qu'est ce que c'est? fit Cathy peu rassurée
- Alors, commença Mahé en feuilletant dans le dossier,
âge, nom, qualité, option... bon on va passer les détails. Oh! une feuille de demande, voyons ça: "Mahé et Cathy, les 2 soeurs ont été..."
- Soeurs? coupa Cathy. Mahé et moi?!
- Soeurs...! Oh! Et dire que j'ai failli perdre ma soeur!
- C'est pas vrai?! Mahé!
Elle dansaient et riaient avant de continuer de lire. Cependant, Chris avait repris la lecture:
- Oh non!
- Qu'y a t-il? demanda Mahé qui devenait inquiète
- Je continue: "Ont été abandonnées et sont orphelines, nous n'en voulons plus à l'orphelinat du palais, mais quelqu'un les attends, mais il ne faut plus qu'on les trouve de toute façon, leur mère n'en voulait plus avant sa mort et..." chuchotât le garçon
- Qu... quoi ? dit Mahé
- "... N'en voulait plus et demanda de s'en débarrasser... définitivement", continua Christopher
- Et ce message a été adressé à ces gangsters pour qu'ils nous tuent! hurla Cathy
- Oui... répondit sa soeur tout bas.
- Retournons en Arabie, trouvons des parents, partons, la marée va baisser, attendons dans le passage, ils ne le connaissent pas, dit Cathy.
- Cathy, tu as oublié Chris... eh! il arrive!
- Vite, le passage!
Et ils sautèrent dans le chemin qu'avait pris Cathy pour sortir de la caverne. Mickey remarqua:
- Jim, tu as des illusions.
- J'ai entendu bruit!
- Pff... ha , ha, ha, ha.
Et il sorti encore de la pièce en riant.
- Ouf... Cathy? appela Mahé
- Oui? répondit celle ci
- Tu fais une drôle de tête.
- J'en peux plus, c'est comme si ma vie se terminait là.
- Cathy, nous sommes soeurs, tu te rends compte? Tu n'éprouves aucune sensation?
- Réfléchis Mahé, au lieu de m'expliquer tes sensations sensorielles; on nous a abandonnées, menti et maintenant, on veut nous tuer c'est insensé!
- Ensemble avec Chris et Floch, nous ne risquons rien.
- J'ai passé l'âge de croire à des trucs comme ça!
- L'union fait la force.
- Ah oui, combien sont-ils eux? gémit Cathy.
- Et alors, nous sommes ensemble et encore en vie c'est ce qui compte. répliqua l'autre.
- Eh! Les soeurettes! Je suis quoi moi, dans cette histoire? demanda Chris
- Il est quelle heure? demanda Cathy au garçon.
- Je sers à dire l'heure, c'est ça? Il est 20 heures!
- Merci! dirent les deux soeurs en choeur.
- Les filles, comme vous savez que vous êtes soeurs, vous allez rester ensemble, et moi... commença Chris
Il s'était coupé car Mahé, qui s'était couchée, lui avait attrapé la main et elle la tenait fermement, comme pour dire "Ne t'inquiète pas, tu comptes beaucoup pour nous". Il reconnut alors qu'elle l'aimait toujours.

suite

 

©1996 -

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh