Prophète de malheur

L'histoire du conte "Prophète de malheur"

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

 

PROPHÈTE DE MALHEUR une histoire écrite par

Bryan

septembre 1997 La chauve-souris s'était accrochée je ne sais comment au bout de ma chaussure. Comment j'avais fait pour ne pas la remarquer jusqu'à présent revêtait aussi pour moi un drap sybillin... Toujours est-il qu'elle était bien là et qu'elle ne s'enlevait pas, malgré mes frénétiques coups dans les airs. Je ne voulais tout de même pas écraser la pauvre petite bête sur le sol car, malgré tout, je ne désirais pas lui faire de mal. Je me mis alors en tête de ramasser ce petit bâton sur le sol. Peut-être que quelques coups l'en délogeraient... Toutefois, à ce moment précis, elle jeta vers moi un regard noir. La tête tournée vers moi, et il me sembla l'entendre murmurer:

- Malheur! Malheur! Tout mouvement cessa chez moi. Avais-je rêvé? J'écarquillai les yeux, incrédule. J'observai d'yeux subjugués la petite bête encore accrochée sur mon pied, qui me regardait avec clémence, comme si rien ne venait de se passer. Fixer, regarder, je dis bien: car oui, malgré la petitesse de ses yeux, je voyais bien qu'elle m'observait. Mon pied se suspendait encore acrobatiquement dans les airs et je n'osais pas le poser par terre de peur de faire mal à la chauve-souris parlante, en admettant que je l'avais bien entendu parler. Mais voilà que déjà sa minuscule machoire se desserra et qu'encore une fois les mots maudits vinrent me caresser les oreilles...

- "Malheur! Malheur!" J'étais cette fois convaincu de ne pas avoir rêvé. Malheur! Que voulait-elle dire? Qu'allait-il arriver? Que me prédisait la bête? Au bord de la folie, je voulus arracher la chauve-souris de mon pied, l'envoyer valser dans les airs! Mais lorsque je repris mes sens, je m'aperçus qu'elle n'était déjà plus là... J'avais le champ libre et, affolé, il ne m'en fallut pas plus pour m'élancer dans une course effrénée. Je n'avais qu'une seule pensée: courir le plus loin possible, le plus vite que je pouvais. Si bien que je n'ai pas vu le camion devant moi...

 

©1996 -

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh