Simplement elle

L'histoire du conte "Simplement elle"

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

 

Simplement elle

une histoire écrite par

Wallid

décembre 1999

1 - Il n'y avait qu'elle qui importait maintenant, elle troublait son esprit à chaque seconde, sans répit, elle était devenue la seule pour lui, mais lui était-il le seul pour elle. Mais il n'oserait jamais se poser la question. Il l'aime c'est tout. Chaque moment sans elle est une torture pour lui. Ses cheveux, son sourire, et sa façon de rire, tant de chose faisant d'elle la parfaite idée de l'Élysée. Sans elle pas un seul instant il n'aurait cru pouvoir exister, il existait pour elle et elle pour lui. Il regardait sa montre en allant et venant dans la pièce de leurs appartement.
Il était anxieux, il était six heures, elle aurait du être là, il lui avait bien dit que ce soir il irait au restaurant. Il était six heures moins cinq, elle avait tout le loisir d'arriver. Enfin il l'espérait. Il se rendit sur le balcon pour guetter sa venue.
Du haut du treizième étage, il guettait en bas la venue de sa bien-aimée. Elle avait sûrement été retardée au bureau, se rassura-t-il, mais en était-il certain. Jamais il ne douterait d'elle.
Ses cheveux ballottés par le vent il se rappelait comment il avait rencontré sa chère et tendre moitié. C'était il y a trois ans sur le net, avant qu'il ne soit contacté il avait toujours cru qu'une telle chose tirait de l'aberration. Les choses se sont passées autrement. Il en tomba amoureux du jour au lendemain, une relation basée purement sur la personne et non sur le physique, il n'y avait jamais pensé. Elle vivait à Québec lui à Montréal, la distance avait semblé être un problème au début, mais ils continuèrent à s'écrire, à vivre presque comme un couple normal mais sur le net. Il l'aimait tant, la force de leur amour était si grande que rien n'aurait pu les séparer. Il consumait leur amour par une voie virtuelle, mais les sentiments ressentis étaient sincères.
Son amour était sincère, vrai et pur, mais combien de temps ce rêve allait-il durer. Il l'ignorait, mais si c'était un rêve il souhaitait ne jamais se réveiller.
2 - Puis un jour cela ne suffit plus, il devait la voir, absolument. Il ne pouvait plus la chasser de ses pensées, la nuit comme le jour, elle était en lui dans son coeur. Il éprouvait cette étrange sensation dans son corps, il ne pouvait la contenir, cette sensation chaude et agréable. Il tournait dans le sous-sol où ses parents l'avaient confiné à vivre. Son esprit était préoccupé par elle, simplement elle. Ses amis ne le comprenaient pas, ils allaient même à se moquer de lui. De ce fait quand il les voyaient il ne leur en parlait jamais, il alla même jusqu'à arrêter de voir ses copains. À se confiner seul dans sa chambre à écrire des poèmes pour celle qu'il aimait. En même temps il échafaudait un plan pour se rendre à Québec.
Donald était sa seule solution, il avait un oncle qui pouvait l'emmener dans la vieille capitale en fin de semaine, le problème était d'en revenir car l'oncle en question y passait la fin de semaine.
Mais il ne s'en inquiétait guère pour l'instant, pour lui l'important c'était elle. Il lui hâtait de la serrer dans ses bras, de caresser sa peau de satin et de lui dire tendrement je t'aime à l'oreille. Son amour pour elle virait à l'obsession, il en avait peur lui-même, jusqu'où irait son inconscience.

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh