Thèse sur le bingo

L'histoire du conte "Thèse sur le bingo"

JEUNES ÉCRIVAINS

la page dont vous êtes les auteurs

 

THÈSE SUR LE BINGO une histoire écrite par

Claudine et Bryan

juillet 1997 Une centaine de tampons colorés sont levés, attendant avec impatience que M. Dionne, malheureusement trop presbyte et aveugle pour ce travail, s'écrie d'une voix forte quelque chose dans le genre: "B2, je répète, B2..." pour ensuite tamponner avec frénésie les petites cartes quadrillées devant eux. Bienvenue à la salle paroissiale de Ste-Marie-Clothilde de la Vérendrye! C'est ici que moi, l'ÉMMINENTE SPÉCIALISTE psychologue Marie-Andrée Lacasse, je m'apprête à faire une analyse de ce phénomène social si marqué, si influent pour ma nouvelle thèse... J'ai nommé: le bingo. Je remarque alors que la plupart des personnes assises aux tables ont depuis belle lurette atteint l'âge de la retraite. À croire que le club de l'âge d'or au complet s'est donné rendez-vous dans cette salle. De voir cette colonie ici attroupée, traînant avec eux leur appareil auditif ou leur canne, cela me fait pitié. Mais pourquoi se traînent-ils ici quand même, malgré leur condition pénible? Pour l'insouciance du moment, le bonheur de se voir réunis avec des amis ou encore l'espérance de remporter quelque chose?... Non: pour le plaisir de se chicaner avec leur voisine de table, on dirait! Comme cette dame, qui semblait pourtant noble, qu'on a jettée dehors parce qu'elle a tamponné le visage de sa voisine de quelques coups de marqueur... Parkinson, ou vieux différend? Mais alors, le miracle! Ils peuvent paraître frêles et fragiles, mais! À croire que les bancs sont branchés sur la prise de courant, électrisant du même coup cette bande de joyeux lurons (retroussant aussi la perruque de Mme Labbé... mais là n'est pas la question!). Je ne comprends toujours pas, terrée secrètement dans le fond de la salle, mon calepin à la main, ce qui rend le bingo si populaire... Derrière mes lunettes, je scrute tous les visages, mais je ne comprends vraiment pas... Le moment culminant de la soirée est, bien sûr, cet instant où une grébiche octagénaire maigrichonne située au bout de la table lâche un cri qui en fait trembler les tables, qui fait tomber le dentier de quelques messieurs et qui provoque chez quelques uns presque une crise cardiaque (autrement dit 7 ou 8 sur l'échelle de Richter): BINGO! Je lâche un cri d'effroi... Tous se retournent et me dévisagent. Ciel! Je suis découverte! Gênée, mais surtout démasquée, je quitte la salle sans avoir pu découvrir le secret du bingo... En tout cas... Demain, je découvre celui du Monopoly! ©1996 -

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh