Affiche La planète blanche

La planète blanche

Film - A partir de 6 ans

Depuis quelques années, on a vu apparaître de grands et beaux documentaires nous présentant le merveilleux monde des animaux. Après les oiseaux (Le peuple migrateur) et les pingouins (La marche de l'empereur), c'est au tour des habitants de la banquise de prendre la tête de l'affiche !

  • Titre de l'oeuvre : La planète blanche
  • Date de sortie : 22 mars 2006

Sous la poussée de forces invisibles, la banquise se brise. Les boeufs musqués courbent l'échine sous le blizzard. Les caribous galopent par milliers dans la toundra. Les ours blancs se défient. Les baleines boréales défoncent la banquise. Le narval dresse hors de l'eau son incroyable dent torsadée.
Du coeur de l'hiver au retour triomphal du soleil, un grand opéra sauvage sur le toit du monde, dans une nature immense et vierge où l'homme n'a pas sa place... La planète blanche ! Théâtre de luttes sans merci pour survivre.

      Note de Momes

      L'avis de Momes sur "La planète blanche"

      nous présente l'Arctique, territoire du bout du monde ou l'hiver dure neuf longs mois. L'idée est la suivante : montrer à quoi ressemble une année complète pour un animal vivant sur la banquise. Et oui, car tout tourne autour de la banquise, cette couche de glace posée sur le toit du monde, qui fond à l'arrivée de l'été.

      Les ours blancs (mamans et enfants), les caribous, les phoques, les manchots et bien d'autres encore, ils sont tous là, se battant pour survivre dans un monde menacé (voir menaçant). On est surpris en voyant arriver les renards - que l'on découvre quand l'été revient – et qui se nourrissent en volant les œufs des oiseaux.

      On plonge avec la caméra dans les eaux polaires sous-marines pour faire face à un monde que l'on ne pouvait imaginer ! Des baleines boréales (ça veut dire polaire, qui viennent du Grand Nord) évoluent dans une eau à température extrême. Elles croisent sur leur chemin des espèces de gigantesques pieuvres, si grandes qu'on dirait des monstres marins. Et les habitants de cette eau glacée évoluent côte à côte avec des méduses phosphorescentes. Cela signifie que leurs longs filaments brillent dans le noir et qu'on les distingue parfaitement sous les flots de la banquise.

      Ce documentaire se compose d'images toutes plus impressionnantes les unes que les autres, filmées dans des conditions extrêmes au Pôle Nord. C'est Jean-Louis Etienne, un célèbre explorateur qui connaît bien son sujet, qui commente ces images, nous transportant complètement dans ces terres glacés.

      Sachez donc qu'il ne faut pas vous attendre à des scènes d'actions ou à des dialogues enjoués : La planète blanche repose avant tout sur la splendeur des images. Et elles n'ont besoin d'aucun artifice pour nous impressionner !

      4
      0 commentaire
      • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh