Le voyage de Ricky - affiche

Le voyage de Ricky

Film - A partir de 5 ans

L'histoire de trois petits héros prêts à relever un grand défi !

  • Titre de l'oeuvre : Le voyage de Ricky
  • Date de sortie : 18 oct. 2017

Synopsis du film :

Orphelin à la naissance, Richard croit dur comme fer qu’il est une cigogne, comme tous les membres de sa famille d’adoption. Mais quand arrive le moment de la migration, ces derniers doivent lui avouer la vérité : Richard n’est qu’un petit moineau, qui ne survivrait pas au long voyage vers l’Afrique. Ils doivent donc partir sans lui.
Abandonné dans la forêt, Richard reste déterminé à prouver aux yeux de tous qu’il est une vraie cigogne. C’est ainsi qu’avec l’aide d’Olga, une chouette excentrique flanquée de son ami imaginaire, et de Kiki, un perroquet narcissique chanteur de disco, il entame son propre voyage vers le Sud, périlleux et semé d’embuches…

Découvrez la bande-annonce du film :

Note de Momes

L'avis de Momes sur "Le voyage de Ricky"

Pas facile, quand on est un tout petit moineau orphelin, de se faire accepter par les cigognes. Le voyage de Ricky commence ainsi, comme une ode à l’acceptation des différences de toutes sortes, et c’est un message qui nous a d’emblée beaucoup plu. On s’attache rapidement au petit Ricky et notre cœur se serre quand arrive le moment où les cigognes qui l’ont accueilli doivent migrer vers l’Afrique. L’aventure qui s’en suit est pleine de rebondissements et de rencontres parfois effrayantes mais surtout initiatiques, toujours sur ce thème de l’acceptation dans les différents groupes d’espèces d’oiseaux.

On a adoré l’humour et les références geeks du groupe des pigeons connectés, véritables moteurs de recherche en lignes (électriques).

Autre message véhiculé dans le film qui nous a beaucoup plu : l’union fait la force pour atteindre des objectifs qui nous semblent impossibles.

Ce « air-road-movie » à plumes plaira sans nul doute aux plus jeunes spectateurs tandis que les plus grands s’amuseront des références subtiles distillées ici et là. Et vive les pigeons connectés !

4