Eugénie Grandet

Eugénie Grandet

Livre - À partir de 12 ans

Jules nous propose un résumé de la vie et de l'oeuvre Eugénie Grandet d'Honoré de Balzac. 

  • Titre de l'oeuvre : Eugénie Grandet
  • Auteur :
  • Editeur : Le Livre de poche
  • Prix : 3,00 €

Intrigue ou enchaînement

Situation initiale
Grandet l'avare, père de la douce Eugénie, veut marier sa fille; il essaie pour cela de choisir entre les Cruchot et les des Grassins, selon leur fortune et leur servilité.
Déroulement
Arrive Charles, le neveu de Grandet, dont le père s'est suicidé à la suite de sa faillite. L'affectueuse sollicitude d'Eugénie noue entre eux une intimité marquée et ils se jurent «un éternel amour». Mais Charles ne peut rester à la charge des Grandet et part chercher la fortune aux Indes, laissant son amante ne vivre que par son souvenir.
Un soir, le ton devient orageux entre l'avare et sa fille; la mère, alarmée, défaillit et meurt au bout de quelques mois. Grandet, très vieux, meurt lui aussi peu après, poursuivi par sa passion de l'or jusque dans l'agonie; il laisse dix-neuf millions de francs-or à sa fille.
Charles revient d'Orient où il a fait fortune par des moyens peu orthodoxes, et ne s'intéresse absolument plus à Eugenie. Il fait un mariage d'argent et sombre lui aussi dans l'avarice et la cupidité. Eugénie se marie alors au président Cruchot dans l'indifférence.
Situation finale
Elle finit sa vie, veuve, dans la lésine et la charité.

Personnages principaux

Grandet
C'est un vieillard, avare et rapace autant qu'un être humain peut l'être; il est le père d'Eugénie.
Comme tous les personnages Balzaciens, il doit sa passion à son tempérament et son hérédité, mais elle est renforcée par son milieu: la servilité interessée de ses relations, la soumission de ses proches.
Eugénie
Elle est une jeune fille de vingt-deux ans, «belle sans être jolie» grâce à «l'expression de son visage», elle n'a jamais goûté aux plaisirs de la vie, étant toujours enfermée dans la maison paternelle.
Elle découvre en Charles son grand amour, dont son coeur noble ne pourra jamais comprendre la trahison. À la fin de sa vie, elle «marche au ciel, accompagnée d'un cortège de bienfaits».
Charles
C'est un jeune homme de vingt et un ans, neveu de l'avare. Avant d'arriver à Saumur, son éducation futile et sa vie dissipée de Paris ont déjà commencé à émousser ses velléités de bons sentiments. Sa ruine brutale provoque chez lui un désir de revanche contre la rigueur du destin et une grande volonté de puissance.

Cadre de l'action

Temps
L'action se déroule pendant le début de la Restauration.
Lieux
Les lieux sont peu variés: la maison des Grandet, rue du pont (le jardin, la salle commune, la chambre d'Eugénie, celle de Charles) et le château de Froidfond.

Thèmes dominants

Thème dominant
C'est l'Avarice de Grandet: «Veille à l'or, mets de l'or devant moi [...] Ah, ça me réchauffe».
Même à la fin de sa vie, il n'aura aucun remors: «Aie bien soin de tout. Tu me rendras compte de ça la-bas».
Thèmes annexes
La déloyauté et la cupidité de Charles: «Charles regarda le président d'un air hébété.
- Dix-sept... mil...
- Dix-sept millions, oui, Monsieur. Nous réunissons [...] 750 000 livres de rentes, en nous mariant.
- Mon cher cousin, dit Charles, en retrouvant un peu d'assurance, nous pourrons nous pousser l'un l'autre.»

Conclusion

Ce livre constitue une fresque autour du caractère d'un personnage, qui n'est pas sans rappeler la pièce de Molière.
Honoré de Balzac naît en 1799 à Tours. Après une enfance relativement tranquille, il commence sa scolarité à Vendôme, mais son père étant nommé à Paris en 1814, il la finit dans la capitale. Travaillant comme clerc chez un avoué, il commence des études de droit et prend des cours à la Sorbonne. C'est à ce moment que naît sa passion pour la philosophie. Il soutient à sa famille qu'il a une «vocation littéraire» en tente d'écrire une tragédie en 1821. C'est un échec total et Balzac comprend qu'il est sur le mauvais chemin. Il change alors de cap et se consacre alors à l'élaboration de romans. Jusqu'en 1825, il écrit ses quelques livres «au goût du jour», pour commencer à gagner sa vie, et, s'étant un peu enrichi, décide de se lancer dans les «affaires». Il se lance dans la presse, découvre la vie des rédacteurs de journaux, achète une imprimerie à Paris, mais il fait faillite au bout de trois ans. Il conservera longtemps 100.000 francs de dettes qui le préoccuperont souvent dans sa vie.
Après cette déroute, il reprend la plume, cette fois avec succès. Son génie est révélé par deux premières oeuvres, la Philosophie du mariage et Les Chouans, roman sentimental mêlé à une histoire policière. C'est alors le grand essor de son oeuvre: en 20 ans, jusqu'en 1841, il publie 90 romans et nouvelles, une trentaine de contes, cinq pièces de théâtre et trouve quand même le temps de fréquenter les salons mondains. Balzac commence à penser à une carrière politique, qui serait basée sur l'autorité politique et religieuse. En 1833, il commence une longue correspondance avec Mme Hanska, une de ses admiratrices polonaises.
Son oeuvre, pendant cette période, se divise en quatre ensembles fondamentaux: les «romans philosophiques» (La peau de chagrin, 1831; Louis Lambert, 1832; etc.); des expositions d'un système économique et social (Le médecin de campagne); il tente également de faire revivre la «verve rabelaisienne» dans les Contes drolatiques (1832-1837); enfin, ce qui constitue la majorité de sa production littéraire, les «romans de moeurs», dont les deux chef d'oeuvres sont Eugénie Grandet (1833) et Le père Goriot (1834-1835). Dans cette dernière veine, les livres se recoupent, des personnages reparaissent: c'est la composition progressive d'un travail cyclique. Balzac envisage de rassembler ses scènes et études en une vaste fresque réaliste de la société de son époque, sous le titre Études Sociales. En attendant, il continue d'accumuler des matériaux pour son projet.
De 1842 à 1850, il procède à l'union finale de ses livres dans la Comédie Humaine, qu'il divise lui-même en «Études de moeurs» - de loin les plus importantes -, en «Études philosophiques» et finalement en «Études analytiques». En 1850, il peut enfin épouser Mme Hanska, veuve depuis huit ans mais, épuisé par toute une vie de travail spirituel, s'éteint dans la gloire trois mois après son retour à Paris.

Note de Momes

L'avis de Momes sur "Eugénie Grandet"

- Moi je voudrais dire merci à celui qui a fait le boulot: c'est déjà un super boulot et ça m'est très utile..... je dois rendre mon devoir sur Eugénie Grandet demain et y a tout ce que je veux dans cette page.... alors je vous dis merci
PS: Eugénie Grandet c'est à lire...... on ne peut pas le louper, il fait partie de notre Culture G. :) Salut
- Je m'appelle Virginie et je voudrais dire que c'est peut-être un classique mais je n'ai pas du tout aimé ce livre.
Je l'ai trouvé long, ennuyeux et pathétique.
Je l'étudie pour mon cours de français et à chaque fois c'est l'horreur. Bon courage!!

3
0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh