Viou

  • Titre de l'oeuvre : Viou

recommandé par Marie et Molécule

Viou
Henri Troyat
J'ai lu

- Je trouve que ce livre inspire à la médiocrité de la vie , car le coté mélancolique est très accentué. Assez bon, toutefois il n'est pas très littéraire
Sonia S. 3eme, Baudelaire Roubaix

- Ce livre est facile à lire et très touchant car on ressent bien les sentiments qu'éprouve Viou. Il évoque le problème de la mort d'un proche. Il nous fait réfléchir sur ce que peut être la vie quand on a perdu une personne qu'on aime. 13 ans Etienne. 17
- J'ai adoré ce roman et je vous le conseille à toutes et tous. Yves de Bruxelles
- Ce livre est assez bien, on rentre vraiment dans Viou et dans sa vie, on sent les sentiments de Sylvie envers sa mère, son père, son grand père, et tous les autres.
- Ce livre, je l'ai adoré! Ayant aussi perdu mon père et une grand mère très croyante, je trouve que Henry Troyat a très bien raconté l'histoire de Viou.
"A demain Sylvie" est très bien aussi. Alizée
- J'ai aimé ce livre car Henry Troyat s'est personnellement investi, il a été Viou, il a pensé Viou, il imaginait Viou. Quand on est adulte il est très difficile de se mettre à la place d'un enfant, les enfant disent eux mêmes qu'ils sont mal compris par les adulte mais Henry Troyat et une exception, il arrive à nous faire comprendre le sentiment de Viou avant qu'elle les exprime, on devient Viou et à ce momen précis du livre on regrette de ne pas l'avoir lu plus tôt
Après avoir lu ce livre ce serait égoiste de ma part de ne pas vous le conseiller. J'ai eu tant de bonnheur à lire ce livre qu'il me parait invraisemblable de vous le déconseiller. Une personne qui pourant n'aime pas lire, Souad
- C'est un livre super et d'ailleurs je compte lire la suite d'ici très peu de temps. Ingrid, 15 ans.
- Ce roman d'Henry Troyat m'a profondément touché car la situation que vit la petite Viou doit être très difficile à assumer et à supporter. Etre orpheline de père et voir rarement sa maman, c'est très dur pour une fillette âgée de 8 ans. A cet âge là, on a besoin de ses parents auprès de soi pour se sentir aimé et en sécurité :
" Maintenant, elle savait qu'elle était orpheline. Ce mot, quand elle le prononçait, lui serrait la gorge et faisait monter à ses yeux des larmes agréables ".
" Si maman s'était présentée devant elle, à l'instant elle n'aurait pas eu à chercher ses mots pour lui crier sa joie. Mais maman était loin ".
Mais, malheureusement, Sylvie n'a pas choisi la mort de son père pendant la guerre ni l'absence de sa mère. Ce livre nous montre combien ça manque d'avoir une maman, ne serait-ce que pour une caresse tous les soirs, avant le coucher. Comme quoi l'amour maternel est très important pour un enfant :
" La passion de Sylvie pour sa maman était si vive qu'à la seule évocation de ce visage lointain elle éprouvait un bondissement du coeur, un élan de tous les muscles, le désir éperdu de se blottir dans des bras accueillants ".
Quand on lit le roman, on se sent comme Sylvie, on la comprend. On éprouve ses joies, ses peines parce que ses pensées, ses sentiments, ses actions sont très bien décrites. De plus, Troyat présente la petite Viou comme s'il avait lu dans les pensées d'une petite fille de 8 ans pour écrire ce livre très réaliste. Cela permet de voir la vérité en face : nous ne sommes pas à l'abri d'une catastrophe dans notre vie que ce soit à 8 ou à 90 ans.
Dans le livre, ce sont donc les grands-parents qui élèvent Sylvie : la grand-mère est austère ; elle traite sa petite fille en grande personne tandis que son grand-père est gentil et compréhensif envers Viou :
" Vouvoyée par sa grand-mère, tutoyée par son grand-père, Sylvie n'avait jamais cherché à comprendre les raisons de cette différence. Ils l'aimaient autant l'un que l'autre, elle en était sûre, mais chacun à sa façon ".
Aussi, la mort de son grand-père va provoquer chez Viou une profonde blessure.
Par contre, à la fin du livre, on peut découvrir que la grand-mère est triste de la séparation entre elle et Viou ; même si celle-ci a été exigeante avec elle, elle l'aime et pendant toutes ces années même si elle l'a élevée à la dure, l'idée de ne plus la voir à ses côtés doit la contrarier d'une manière ou d'une autre.
"Demeurée seule avec tante Madeleine, Sylvie dit :
- Grand-mère est triste. Qu'est ce que je peux faire ?
- Rien, dit tante Madeleine. Contente-toi d'être heureuse. Tu ne pouvais pas rester indéfiniment avec nous. Ton avenir est auprès de ta maman. Grand-mère le sait bien d'ailleurs ".
Ce roman reste tout de même très triste car beaucoup d'évènements se bousculent dans la vie de Sylvie : la mort de son père pendant la guerre, la séparation avec sa mère, la mort de son grand-père, son échec scolaire.
Mais la vie de chacun d'entre nous n'est-elle pas, elle aussi, semée d'évènements plus ou moins tristes.
Par Camille D, 14 ans.
- Ce livre est super génial car c'est la réalité et en plus ça nous montre la vie avant. Je conseille ce livre à tous ceux qui auraient perdu un membre de leur famille
- Ce livre est triste et très touchant. On se sent comme Sylvie, on la comprend... On éprouve ses peines, ses joies. Sylvie mène une vie difficile, sans ses parents auprès d'elle. Elle a beaucoup de questions sans réponses.
Je l'ai beaucoup aimé. Il est très bien écrit, il n'y a pas de mots difficiles à comprendre. Je le conseille aux adolescents(es).
- J'ai trouvé ce livre génial car il me rappelle les mauvais moments, surtout que j'aime me rappeler tout ce qui est du passé.
J'ai l'impression que Troyat était dans le corps de Viou. Ce livre m'a touché au plus profond de moi. J
e conseille à toutes et à tous de le lire et cela vous permettra de voir la réalitée en face. Eugénise, élève de 4e.
- Ce livre était vraiment génial!! Je l'ai lu en quelques heures!! Je vous le conseille vivement!
- J'ai trouvé ce livre vraiment très bien écrit. L'histoire est formidable
- Bonjour. Je suis étudiante américaine. J'ai lu Viou l'année dernière et je l'ai adoré. Je crois que je l'ai bien compris. C'est tout. Je voulais dire ça. Merci.
- Ce livre est bien. On dirait vraiment qu'Henry Troyat s'est mis à l'intérieur de Viou pour penser à sa place.
Je conseille à tous de lire ce livre que j'ai choisi pour faire ma fiche de lecture en 4ème. Il est très facile à lire et en même temps très beau. Sandrine.
- "Viou" est un livre qui m'a vraiment plu car on peut très facilement se mettre à la place des personnage et surtout à la place de Sylvie du fait que ses pensées, ses sentiments et ses actions soient très bien décrites.
J'ai trouvé aussi ce livre très touchant car la situation que la petite Viou vit doit être très difficile à assumer et à supporter. Etre orpheline de père et ne voir que très rarement sa maman doit être très dur surtout pour une fillette de seulement 8 ans.
J'ai apprécié ce livre car il nous montre bien la réalité : on n'est pas à l'abri d'une catastrophe dans sa vie que ce soit à 8 huit ou à 80 ans...
Cette histoire est très triste : la mort du père pendant la guerre, la séparation entre Viou et sa mère, la mort du grand-père... mais je conseille ce livre à tout le monde car je pense qu'il peut toucher, concerner tout le monde. Solène, 14 ans.
- J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre car je me suis mis a la place de Sylvie ,je me suis bien retrouvée en elle .J'aime énormément comment Henry Troyat présente la petite viou on dirai qu'il a lu dans les penséees d'une petite fille de 8 ans pour écrire ce livre vraiment très réaliste.Je conseille ce livre a tous ...Et si ils aiment je conseille vivement de lire la suite "A demain Sylvie" et "Le troisième bonheur" on retrouve Viou en adolescente puis en femme. Marie
- Genre du livre : Triste
Situation de l'action : au Puy, région de l'Auvergne (France).
Résumé :

Elle s'appelle Sylvie Lessoyeux , elle a 8 ans.
Depuis la mort de son père, tué par les balles de l'ennemi, elle vit chez ses grands-parents dans une paisible maison du Puy; sa mère qui vit à Paris travaille comme secrétaire pour un médecin.

Mais... la vie est bien dure pour Sylvie... Elle voudrait tant connaître et apprendre à chaque seconde qui disparaît... Malheureusement, son entourage ne semble pas en prendre consience. Des réponses imcomplètes à ses questions, des réprimandes imcomprises, injustifiées...
Angoissée par ce monde adulte, elle devra faire face à toute épreuve, même si la différence de ses grands-parents la tourmente. Elle cherche à comprendre, mais ne trouve pas, seule, sa mère peut l'aider à faire face aux problèmes de la vie... Avec elle, Viou se sent bien, libérée de toute tristesse qui pourrait la guetter. Et, des kilomètres les séparent.

Malheur sur malheur, Viou apprend la triste nouvelle, son grand-père malade vient de décéder, sa mère décide alors de la reprendre à Paris. Sylvie est en joie.
Mais, elle ignore encore ce qui l'attend là...
Mon avis sur ce livre :

J'ai beaucoup aimé ce livre, d'ailleurs, j'ai lu les deux autres qui suivent ("Adieu Sylvie" et "Le troisième bonheur"). C'est un livre qui vous recouvre de tristesse glacée par l'enchaînement et les évènements de l'histoire.
Un livre qui démontre combien ça manque d'avoir une maman, ne serait-ce que pour une petite caresse tous les soirs. Molécule

livres du mois - archives

0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh