Image public musique

Rock - w -

LE ROCKDE A à Z les indispensables:

Viens écouter les meilleurs morceaux rock sur la radio d'ados: http://musique.ados.fr/

A

AARON

Jeunes versaillais d'origine, Simon Buret et Olivier Coursier débute l'aventure Aaron en 2004. Chantant en anglais, ils commencent à composer quelques titres partageant la même passion de la musique. En un an, ils se retrouvent avec la bagatelle d'une vingtaine de chansons, dont une en particulier va finir entre les oreilles du réalisateur Philippe Lioret. Il utilisera la chanson U-Turn (Lili) comme thème principal de son film Je vais bien, ne t'en fais pas. Ballade pop, aux détours sombres et mélancolique, U-Turn (Lili) connaîtra un succès permettant à Aaron de se faire connaître. En janvier 2007 paraît leur premier album Artificial Animals Riding On Neverland, aux forts accents pop, parfois post-rock, lorgnant vers le rock nébuleux d'Archive en conservant la délicatesse de Radiohead.

Le titre "Endless song" les hisse au rang d'artistes comme Coldplay, avec refrains accrocheurs et mélodies délicates. Mais le duo veut aller plus loin dans ses retranchements. Sur scène, ils reprennent piano-voix un vieux titre de Billie Holiday intitulé "Strange fruit", ou les fruits étranges qui poussaient sur les arbres en Amérique du sud... Métaphore de l'ésclavagisme, la chanson qui glaçait l'auditoire des clubs américains dans les années 40 est admirablement reprise. Alliant à la fois la force et la délicatesse, le duo cherche  la corde sensible, et la trouve.

AaRON fait la tournée des festivals (notamment Solidays) durant l'été 2008, avant de repartir travailler sur un nouvel album. "On a besoin de retrouver notre bulle", déclare Olivier en juillet 2008, après une année de promotion et de concerts intensifs.

B

BB BRUNES

Les BB brunes sont un groupe de la nouvelle scène "Teenager Rock" francaise. Adrien, chanteur et auteur compositeur du groupe fait connaissance avec l'instrument à corde dès 11 ans, un ami de la famille, Louis Régo lui ayant offert une guitare en bois. L'histoire débute ainsi. Adrien commence à bien manier l'instrument et se sent bien dans ses créations, sa musique. D'ailleurs, dès 11 ans n'envisage pas une seconde de chanter un jour les chansons des autres . Avec Raphaël un copain de maternelle, et Karim un ami de quartier qui s'est vu offrir une mini batterie d'enfant, les trois têtes brunes commencent les répétitions et créent un premier groupe « Hangover ». Première scène ? Trottoir rue Turbigo où les trois mômes de 12 ans jouent et rejouent sans cesse les quelques titres qu'ils connaissent. Au bout de quelques concerts, Felix rejoint le groupe qui est enfin complet.

En mai 2005, tout commence. La presse fait l ‘éloge de la nouvelle vague « Teenagers rock ». Le groupe se rend compte que de nombreux autres avançaient dans le même direction qu'eux. Puis, octobre 2005, les « Hangover » enregistrent une maquette qu'ils font passer à un ami de lycée Jules Sitruk. Il se charge de le faire écouter à son père Claude Sitruk, ancien chanteur du groupe de rock « Les Costards ».

Lui même venait de monter le label Kurtis Production, il craque sur le groupe qui selon lui, cohérent et énergique, associait une musique forte et efficace à des mots simples qui expriment bien la souffrance des adolescents. A une période de rude labeur succède une série de concert qui vient annoncer le moment d'enregistrer en studio. Les morceaux surgissent, frais et annonçant d'ores et déjà la maturité du groupe malgré son jeune âge.

Raphaël quitte ensuite le groupe, pris de peur, et « une sorte de renaissance était de rigueur », explique Adrien. Le nom BB brunes apparaît alors : « Il fallait renaître alors j'ai associé une pensée personnelle à « Initials BB », ma chanson préférée de Gainsbourg puis, le boulevard « Brune » l'endroit où l'on répétait ». Une distribution Warner est ensuite proposée au nouveaux groupe, qui lui offre d'entrer en studio en juillet 2006. L'album « Blonde comme moi » est enregistré, mixé, puis masterisé. Cet album de 11 chansons dessine souffrances et bonheurs d'adolescents tantôt moqueurs, tantôt révoltés. L'album des BB Brunes est prévu pour mars 2007, le premier single "Gang" étant sorti le 26 février, alors que les membres sont encore de sérieux lycéens. Quelque chose nous dit qu'un grand succès les attend...

Le 7 décembre 2009, ils sortent leur nouvel album, Nico Teen Love, porté par l'excellent premier single, "Lalalove you", qui cartonne en radios et dans les charts. Ambiance sixties pour le clip, black and white oblige, mise en scène soignée, nos quatre garçons dans le vent deviennent de vraies icônes du rock...apprivoisées.

R

ROBBIE WILLIAMSRobert Peter Williams voit le jour le 13 février 1974 en Angleterre. Ses parents divorcent alors que le bambin n'a que 4 ans. Peter, son père, est un comédien qui exerce sous le pseudonyme de Peter Conway. Sa mère, Teresa, après s'être occupée de la carrière de Robbie pendant son adolescence, a repris sa profession de fleuriste. La carrière de Robbie commence lorsque sa mère découpe une annonce dans la presse; un producteur de chanson cherche une dernière recrue pour finaliser la formation de son groupe. Le jeune Robbie est contacté pour tenter sa chance lors du casting. Son aspect enjoué et sa prestation captent l'intérêt des 4 membres et du producteur. C'est ainsi que Robbie Williams fait son entrée dans le boys band Take That. L'ascension du groupe est impressionnante et en 6 ans, les Take that vendent plus de 15 millions d'albums à travers le monde. Des tensions à l'intérieur du groupe se font ressentir et Robbie supporte assez difficilement l'emprise de Gary Barlow, qui se considère comme le leader du groupe. Robbie, au départ, si apprécié pour sa personnalité guillerette, commence à faire des déclarations plutôt choquantes à la presse, faisant même parfois l'apologie de la drogue! Une attitude complètement en contraste avec ce que doit représenter un membre d'un boys band toujours propre sur lui et irréprochable dans son attitude. Robbie Williams quitte le groupe le 16 février 1995, à la veille d'une tournée mondiale de grande envergure. S'écoulent ensuite deux années lamentables où Williams refuse de travailler. Son oisiveté le propulse au fond du sordide: il passe son temps à se droguer et à boire. Cette descente aux enfers lui fait prendre 15 kg et il traverse alors une grosse déprime. C'est la reprise du hit de George Michael "Freedom" qui le sort du marasme. Il signe chez Chrysalis le 26 juin 1996 et sort son premier album solo "Life thru a lens" qui se vend à 2 millions. Le second s'intitule "I've been expecting you" et il le co-écrit avec Guy Chambers, Neil Tennant du groupe "Pet Shop Boys" et Neil Hannon de "Divine comedy". Quelques grands tubes en Angleterre et en Europe lui ont permis de se tailler une place de choix dans l'univers musical du troisième millénaire. La France le découvre plus précisément en mars 98 avec sa ballade "Angel". La star triomphe le soir des Brit Awards le 16 février 1999 en reportant 3 trophées sur 6 nominations. Ses coups de gueule et ses extravagances font aussi partie du personnage. Sa haine légendaire envers l'autre grande star de la pop, Liam Gallagher est bien connue. Le règlement de compte entre les deux allumés sur un ring de boxe n'aura pas eu lieu, mais Robbie va très certainement trouver une autre façon de se faire remarquer! Robbie Williams connaît quelques déboires puisque toujours dépendant à la drogue et à l'alcool dont il n'arrive pas à se débarrasser, il vient de se faire larguer par Nicole Appelton des All Saints alors qu'ils venaient de fiancer depuis peu. C'est du Mexique, où elle était en train de tourner un clip, qu'elle lui a téléphoné pour lui annoncer la nouvelle. Les rumeurs qui circulent dans les tabloïds anglais affirment que la belle aurait quitté Robbie pour les bras de.... Liam Gallagher, son ennemi juré!

S

STING

Ainsi surnommé parce qu'il jouait dans une équipe de foot locale en portant un maillot à rayure qui lui donnait l'air d'une guêpe, Sting (le « dard » en anglais), de son vrai nom Gordon Sumner, est né le 2 octobre 1951 à Wallsend, dans un quartier pauvre. A ne pas confondre avec son comparse Andy Summers avec qui il a joué dans Police, Gordon Sumner fait ses premiers pas musicaux à 14 ans, quand son oncle, partant pour le Canada, lui confie sa guitare. Le jeune Sting s'entraîne alors à jouer des standards des Stones et des Beatles et rêve déjà d'être en haut de l'affiche. Il découvre le jazz mais cela ne l'attire guère même si à l'époque ça « faisait bien ». Il troque la guitare pour la basse, se met au blues et commence à « jammer » avec quelques groupes de jazz locaux. On le voit jouer de la guitare électrique et de la contrebasse dans différents pubs et réussi même à rejoindre un groupe relativement connu, les Riverside Men, plutôt branchés ragtimes et musique de saloon. En 1974, il forme enfin son premier groupe, Last Exit (« dernière sortie ») et se marie avec la comédienne Frances Tomelty. Il décide d'emmener groupe et femme à Londres puis après quelques années de bons et loyaux services au sein du groupe Police, sort son premier album en 1985 The Dream of the Blue Turtles. Ce disque, qui fait référence à un rêve qu'il a eu une nuit, est une merveille de compositions nostalgiques et bluesy. Entouré d'excellents musiciens, comme le saxophoniste Branford Marsalis ou le batteur Omar Hakim (qu'on a vu aux côtés de Michael Brecker ou Miles Davis) Sting signe-là une entrée en matière brillante et originale. Tu te rappelles sûrement de sa chanson Russians qui attaque de plein fouet les relations américano-soviétiques de la Guerre Froide et qui tourne presque en boucle sur certaines radios quand vient le printemps. « Mister Krushchev said, 'We will bury you', I don't subscribe to this point of view, it'd be such an ignorant thing to do if the Russians love their children too”. En questionnant l'amour que portent les hommes politiques pour la jeunesse de leur pays, Sting compose dans le même album « If you love somebody » et le très émouvant « Moon over Bourbon Street ». Pour son second disque paru en 1987, "Nothing Like the Sun", Sting récidive en débauchant Eric Clapton à la guitare et Mino Cinelu aux percussions. Le résultats est une ode à l'Amérique Latine et à ses peines. C'est dans cet album que tu pourras entendre le célèbre morceau Englishman in New York. Sting commence alors à s'impliquer de plus en plus pour la défense de la cause indigène. On le verra beaucoup sur les plateaux de télé en compagnie du chef indien Raoni parler de la survie de l'Amazonie et de sa déforestation opérée par les grandes compagnies. Plus intimiste, son troisième album dédié à la mémoire de son père, "The Soul Cages", paraîtra en 1991. En 1993, il chante le fameux “If I Ever lose my faith in you” dans son album Ten Summoner's Tales puis fait signe à Cheb Mami, Don Blackman et James Taylor de le rejoindre pour l'album Brand New Day (en 1999). Malheureusement son esprit de réconciliation entre les peuples et les cultures est mis à mal quand survient le 11 septembre 2001. Beaucoup de ces idéaux volent en fumée avant qu'il ne se ressaisisse avec son album Sacred Love (2003) et continue sur sa lancée… Trois années de silence ont suivi, mais Sting est revenu en 2006 avec "Songs From The Labyrinth". Publié sur le très sérieux label Deutsche Grammophon, il est consacré au répertoire de John Dowland, compositeur de la Renaissance élizabéthaine (1563-1626). On découvre avec joie que l'ancien bassiste se débrouille très bien au luth et à la viole, et prononce le Moyen Anglais avec beaucoup d'élégance.

W

WEEZER

Ces quatre américains sont menés par Rivers Cuomo et font du rock alternatif au style classique: guitares saturées, solos simples, et beaucoup d'influences pop. Les chansons sont formatées pour le passage radio, et certains singles particulièrement efficaces comme "Undone - the sweater song" ou "Buddy Holy" en ont eu les faveurs. Mais Weezer, c'est plus que du rock FM, car chaque track reflète une certaine sensibilité, une nostalgie attirante. Les paroles nous parlent d'amour essentiellement, parfois de sexe ou de la superficialité du physique. Weezer, c'est tout à fait l'esprit d'un adolescent un peu naïf qui va proposer sans illusions à une jolie fille de sortir avec elle, vers la fin d'une soirée: "I think we make a good team, but that's just a stupid dream that I won't realize, cause I can't even look in your eyes..." Ce groupe n'a, à ce jour, sorti que deux albums, qui sont bons, et regroupent tous deux des ballades mélodiques et des compos un peu plus rock 'n roll. Un groupe intelligent et très recommandable en tout cas.

Meilleur album : Weezer

Annonces Google
0 commentaire
  • Saisissez ce code de sécurité : captcha Refresh