Les sophistes
La contribution des sophistes à l'élaboration de la pensée rationnelle

présenté par Ben'J et Geneviève - Drummondville, avril 2000


Les sophistes sont des maîtres de rhétorique et de philosophie qui enseignaient, au 5e siècle av. J.-C., l'art de parler en public et de défendre toutes les thèses, même contradictoires, avec des arguments subtils.

Cette rédaction a pour but de présenter et d'expliquer la contribution des sophistes à l'élaboration de la pensée rationnelle. Ce texte fera d'abord état de l'évolution des rapports entre la philosophie, la science et la religion à cette époque. Par la suite, il traitera de l'émergence de la démocratie et du rôle qu'ont joué les sophistes à Athènes.

Cet écrit sera réalisé à partir du texte "Trois sophistes au siècle de Périclès : Protagoras, Gorgias et Hippias" (1).

Au siècle de Périclès, la philosophie est encore inséparable de la recherche scientifique. Ce n'est qu'"à la fin du 5e siècle que la science et la philosophie commencent à se distinguer l'une de l'autre : la science se centre sur la nature [...] et la philosophie sur l'homme." (2)

La pensée rationnelle amorce la recherche de sa propre identité et commence tout juste à se désunir du non-rationnel. Pour ce qui est de la religion, elle demeure encore dominante au début du 5e siècle, bien qu'elle soit contestée par plusieurs personnes, parmi lesquelles figurent des sophistes. Les rapports entre la religion et les premiers penseurs deviennent de plus en plus tendus, étant donné que ceux-ci jugent et remettent en question plusieurs aspects de la tradition religieuse.

A cette même époque, on assiste aussi à l'émergence de la démocratie à Athènes. Ce régime a surtout progressé grâce aux différentes réformes amenées par Dracon, Solon, Pisistrate et finalement Clisthène.
Parmi ces réformes, on remarque entre autres celle de Clisthène, qui retira les derniers privilèges des grandes familles et qui basa le statut de citoyen sur un critère géographique plutôt que génétique ou économique, en 507 av. J.-C.. Cette amélioration permit l'accès des citoyens de toutes les classes sociales aux fonctions de magistrats ou de membres du conseil. Selon certains historiens, ces réformes de Clisthène donneraient naissance à la démocratie à Athènes, cependant, d'autres la situent plutôt en 683 av. J.-C., où l'on assiste aux premières fonctions électives dans l'aristocratie. (3)

Les sophistes ont joué un rôle important à Athènes puisque "la cité [avait] besoin d'eux pour éduquer les nouveaux citoyens et les faire participer à la vie collective, l'éducation ayant été jusqu'alors réservée aux aristocrates." (4) Ils eurent donc une influence décisive pour la culture athénienne.
Les sophistes, professeurs itinérants, enseignaient la rhétorique, l'art de bien parler en public ainsi que la dialectique, l'art de discuter, de défendre une thèse contre un adversaire. Cet enseignement avait pour but de préparer l'élève contre d'éventuels conflits de pensée ou d'action par l'antilogie. Leur méthode visant la controverse, avait pour avantage de développer l'esprit critique et par le fait même de faciliter la rationalité. De plus, les sophistes agissaient en tant que diffuseurs de la culture et des connaissances, ce qui favorisait un fonds culturel commun. Finalement, ils préparaient leurs élèves à la logique par leur analyse de l'argumentation ainsi que par leur préoccupation pour la grammaire et le langage en tant que base de la pensée.
Leur existence nous en apprend également beaucoup sur la vie intellectuelle de ce siècle.
Tout d'abord, ils nous informent que la connaissance n'est plus uniquement réservée à une élite héréditaire et que l'on peut apprendre beaucoup plus de choses qu'on ne le pense. Ils introduisent aussi la notion de technique en éducation, c'est-à-dire que l'on peut enseigner à penser, à bien parler, à discuter et à convaincre. L'apport des sophistes au contexte intellectuel est considérable et apporte un changement dans l'objet de la réflexion et de la nature à l'humain. Ils sont à la base d'une révolution qui situe l'humain au centre des questions fondamentales.

En conclusion, la contribution des sophistes à l'élaboration de la pensée rationnelle fut remarquable. Grâce à eux, l'évolution des rapports entre la philosophie, la science et la religion à cette époque fut considérable et on assista à l'émergence de la démocratie. Ils jouèrent un grand rôle à Athènes en portant leurs études sur un objet différent de celui des "premiers penseurs"et en introduisant des attitudes et des activités nouvelles. Sans les sophistes et leurs réformes, la pensée rationnelle et le comportement humain seraient-ils les mêmes aujourd'hui ?

1 - Philosophie, raison, vérité, connaissance, Michel Larocque, et Vincent Rowell, page 89-96.
2 - Ibid., page 96.
3 - Ibid., page 90.
4 - Ibid., page 93.

Bibliographie
LAROCQUE, Michel, ROWELL, Vincent, Philosophie, raison, vérité, connaissance, Laval, Éditions Études Vivantes, collection "Philosophie", 1996, 246 pages.




Voir encore sur internet à propos des sophistes: