Squid Game : des enfants imitent les jeux violents de la série dans la cour de récréation

Squid Game Netflix
© Netflix

Squid Game, la série sud-coréenne connaît un énorme succès en France comme à l'étranger depuis sa sortie mi-septembre sur la plateforme de streaming Netflix. Elle met en scène un grand jeu dans lequel les participants endettés se retrouvent à jouer à des jeux d’enfants pour remporter une énorme somme d'argent. Des jeux de notre enfance que nous connaissons tous bien, à une règle près : les perdants sont ici exécutés.

Même si la série est interdite aux moins de 16 ans en raison de ses scènes de violence, une grande majorité des enfants la connaissent pourtant. Un phénomène inquiétant s'est d'ailleurs emparé des cours d'école. En effet, des enfants s'amusent à imiter les jeux de Squid Game, comme le fameux "1,2,3 Soleil" où une poupée robot géante compte puis se retourne pour désigner le malheureux perdant qui a bougé et qui devra le payer de sa vie.
Une petite fille scolarisée dans une école en Belgique, vient d'être victime de ce jeu. Ses camarades l'ont fouettée au visage avec une corde, heureusement sans gravité, pendant la récréation parce qu'elle avait perdu ! Même si l'on n'a pas rencontré de violence de ce type dans les écoles françaises selon le SNUipp-FSU, principal syndicat d’enseignants du primaire, il faut toutefois rester bien vigilent.

Si les enfants connaissent la série Squid Game("Le jeu du Calamar"), c'est sans doute parce qu'ils y ont eu accès sur la plateforme, mais c'est aussi et surtout à cause des réseaux sociaux et notamment des challenges #SquidGame qui cartonnent en ce moment sur TikTok.
On y découvre des vidéos de personnes relevant des défis tels que le "1,2,3 Soleil" (Red lightGreen light en anglais) ou "le jeu de l'enveloppe" qui consiste à laisser tomber une enveloppe par terre qui doit se retourner en atterrissant, le perdant pouvant même recevoir une claque ! Ces vidéos TikTok remportent un gigantesque succès et sont énormément partagées par les utilisateurs de l'application, qu'ils soient jeunes ou adultes.

 

 

A lire aussi