Les fêtes au Japon, leur nombre est impressionnant

Le Japon est un des pays qui possèdent le plus de fêtes (et de jours fériés) au monde. Il y en a un nombre impressionnant et il est impossible de toutes les célébrer ! Momes vous emmène au pays du Soleil levant pour les découvrir ces fêtes.

Les fêtes au Japon

Au Japon, il existe vraiment des fêtes pour tout : le 29 avril, on célèbre la Nature (midori ni hi) et le 15 septembre est le jour consacré au respect des personnes âgées (keirô no hi). Le 23 décembre, on fête l’anniversaire de l’empereur et le 23 novembre, c’est la fête du travail. Si un jour férié tombe un dimanche, on ne travaille pas le lendemain.

En début d'année, le Shougatsu, c’est-à-dire le Nouvel an, dure jusqu’au 3 janvier. C’est la plus importante fête de l’année ! On célèbre le dieu Shinto, symbole d’espérance pour l’année à venir.

Seijin no hi est la fête de la majorité : les jeunes qui auront 20 ans cette année-là se réunissent le 2e lundi de janvier et font la fête !

Au Japon, il y a également un jour des enfants (kodomo ni hi), célébré le 5 mai. Il conclut une semaine de vacances nommée la "Golden Week". Le jour de cette fête, des cerfs-volants (koinobori) en forme de carpe flottent au vent : ils symbolisent la réussite des petits Japonais. Le 15 novembre représente une autre fête pour enfants appelée shichi go san (7-5-3) qui célèbre les fillettes de 3 ans, les petits garçons de 5 et les filles de 7. Ce jour-là, ils revêtent leur plus beau kimono et vont prier au temple shinto pour que l’avenir leur porte chance.

Le 3 mars, on célèbre la fête des poupées (hina matsuri), aussi appelée « fête des filles ». Elles fabriquent alors des petites poupées vêtues de kimono qui symbolisent l’Impératrice.

La Saint Valentin, même s’il ne s’agit pas d’une fête nationale, est très suivie au Japon. Mais, là-bas, ce sont les femmes qui offrent des chocolats aux hommes le 14 février ! Heureusement, ces derniers se rattrapent le 14 mars, où la tendance s’inverse. Il en est de même pour Noël. Il a été totalement intégré par la culture nippone. Ce jour-là, les Japonais consomment du poulet frit d’une célèbre chaîne de restauration rapide américaine. Incroyable, non ?

La fête des morts (Obon) est également primordiale dans tout le pays. Les familles vont alors se recueillir sur le tombeau familial pour communier avec l’âme de leurs ancêtres et alléger leur souffrance. Ce respect est très important et les esprits sont présents dans de nombreuses fêtes. Le 3 février par exemple, jour de la Setsubun, on jette des graines de soja dans la maison et par la fenêtre pour chasser les démons et faire entrer le bonheur. Il faut ensuite ramasser et manger autant de graines que son âge : c’est la tradition !

Le 7 juillet, c’est la fête des étoiles (Tanabata), tirée d’une légende chinoise très belle. Elle évoque la rencontre entre Orihime (une déesse tisserande) et Hiko-boshi (un bouvier mortel). Séparés par la Voie Lactée, une rivière d’étoiles, ils ne pouvaient se retrouver qu’une fois par an, le 7e jour du 7e mois lunaire. En effet, la déesse avait quitté le monde céleste pour être avec celui qu’elle aimait et ils eurent des enfants. Mais ses parents finirent par la retrouver et la forcèrent à revenir parmi les dieux. Pour qu’ils ne puissent plus jamais se revoir, ils séparèrent le monde des vivants et celui des dieux par la Voie Lactée. Mais devant leurs pleurs incessants, on leur permis de se retrouver une fois par an. Depuis, les Japonais inscrivent leurs souhaits sur une petite carte nommée « tanzaku » et les accrochent aux feuilles des bambous. La légende dit que les deux amoureux réaliseront ces rêves. A minuit, le bambou est brûlé ou jeté dans le fleuve : c’est la seule solution pour que les vœux se réalisent réellement.

À lire aussi

La rédaction de Mômes.net Article mis à jour le