Le couronnement de Charlemagne

Le couronnement de Charlemagne est un des événements majeurs de l'histoire de l'empire carolingien. Voici un cours et quelques exercices sur ce thème.

Le sacre de Charlemagne, tableau de Friedrich Kaulbach
      (1861)

Le souverain le plus puissant d'Europe

A la mort de Pépin le Bref en 768, le royaume franc est partagé entre ses deux fils, Charles Ier dit Charlemagne, et Carloman. Dès le début de son règne, Charlemagne entreprend une politique d'expansion de son royaume, en conquérant l'Aquitaine. A la mort de Carloman, en 771, il usurpe le pouvoir à ses héritiers et devient le seul roi des Francs. Il soumet plusieurs peuples comme les Saxons et les Frisons.
Progressivement, le roi des Francs réussit à réunir sous son autorité la majeure partie de l'Europe occidentale et à devenir le souverain le plus puissant d'Occident. Aucun royaume que le sien n'a été aussi vaste depuis l'Empire romain.

L'alliance entre la papauté et Charlemagne

En 773, Charlemagne vole au secours des États pontificaux, attaqués par les Lombards. Ces-derniers capitulent à Pavie et Charlemagne devient roi de Lombardie. Depuis, le roi chrétien devient le protecteur du Saint-Siège. Une solide alliance est nouée. Lorsque le nouveau pape, Léon III, est emprisonné et accusé d'immoralité en 779. Charlemagne intervient et le fait escorter le pape jusqu'à Rome.
La papauté voit d'un mauvais œil l'influence de l'Empire byzantin, orthodoxe, et l'autorité du Patriarche de Constantinople. Profitant que cet empire est dirigé par une femme – chose incongrue à l'époque – le Saint-Siège veut lui damer le pion. Son idée : transformer le royaume chrétien le plus puissant, c'est à dire le royaume franc, en Empire d'Occident. Charlemagne accepte bien volontiers, puisqu'il y voit une manière de donner une dimension spirituelle à son pouvoir.

Le couronnement de Charlemagne

Le 25 décembre 800, le pape Léon III couronne Charlemagne empereur romain d'Occident dans la basilique Saint-Pierre de Rome. Cette cérémonie désigne Charlemagne comme « imperator » et donc héritier des empereurs romains. Ce titre n'avait plus été porté en Occident depuis la chute de l'Empire romain en 476.
Mais à l'issue de la cérémonie, Charlemagne est en colère : pendant le couronnement, le pape a déposé la couronne sur sa tête alors qu'il priait. Ensuite seulement, il l'a fait acclamer et s'est prosterné devant lui. Une manière pour le pontife de signifier la supériorité du pape. Il a le pouvoir spirituel et l'empereur le pouvoir temporel.
À Constantinople, capitale de l'Empire byzantin, on est scandalisé de voir un barbare se poser en successeur des empereurs romains. Ce n'est que treize ans plus tard, en 813, que l’empereur byzantin Léon V l’Arménien  reconnaît le titre d’empereur d’Occident conféré à Charlemagne. Soit un an avant la mort de Charlemagne.

Exercices :

1) Demander d'abord à l'enfant comment il imagine Charlemagne.
2) Étude d'une enluminure représentant le couronnement de Charlemagne
Charlemagne couronné Empereur par le pape Léon III (800), Grandes Chroniques de France, Paris, XIVème siècle (enluminure) Enluminure de Jean Fouquet.

Charlemagne couronné Empereur par le pape Léon III (800)

N.B. : Les Grandes chroniques de France racontent l'histoire de France depuis l'origine. Cette miniature date du XIVème siècle ce qui explique l'anachronisme dans les costumes : le peintre a représenté le Pape et les évêques tels qu'il les voyait au XIVème siècle.
Analyse de l'image à partir du questionnaire suivant :
Le document est extrait d'un ouvrage écrit à la main au XIVème siècle. Comment appelle-t-on ce type d'ouvrage ?

  • Cet ouvrage est illustré de dessins peints à la main. Comment les appelle-t-on?
  • Que représente cette scène ?
  • Où se déroule cette scène ?
  • Quelle est l'attitude de Charlemagne ?
  • Que fait le pape ?

Le pape seul a imaginé la cérémonie du couronnement afin de se réserver le premier rôle. Il pose la couronne sur la tête de Charlemagne alors que celui-ci est en train de prier devant le tombeau de saint Pierre (en bas, à droite sur la miniature).
Le pape invite ensuite l'assemblée à acclamer "Charles, auguste, couronné par Dieu grand et pacifique empereur".
En couronnant d'abord Charlemagne, avant les acclamations, Léon III affirme ainsi que tout pouvoir vient de Dieu (par l'intermédiaire du pape) et non du peuple.

3) Étude d'une pièce de monnaie, document symbolique et utilitaire.

Denier impérial en argent de Charlemagne, inspiré des modèles numismatiques romains

Analyse du document à partir des questions suivantes:

  •             a) Qui est représenté sur cette pièce?
  •             b) Quelle est l'inscription qui entoure le portrait? (en latin et en abrégé)
  •             c) La comparer au texte de l'acclamation.
  •             d) Qui portait ce titre dans l'Antiquité?
  •             e) Quel modèle Charlemagne veut-il donner à son empire ?

Charlemagne est représenté sur la pièce en empereur romain. Le graveur a imité une pièce romaine de l'empereur Gallien (IIIème siècle). Il porte non seulement une couronne de laurier mais aussi un diadème orné de pierres précieuses.

4) Portrait de Charlemagne.
Statue équestre de Charlemagne (IXème siècle) en bronze, exposée au musée du Louvre.

Statue équestre de Charlemagne

Charlemagne est représenté à cheval. Ses cheveux sont courts et sa moustache tombante. Charlemagne n'est pas l'empereur à la "barbe fleurie" que la légende a immortalisé.

  • La tête est ceinte d'une couronne.
  • Dans la main gauche il porte la sphère qui est le symbole du pouvoir universel de l'empereur.
  • Il porte comme vêtement le manteau court des Romains.
  • Sur le côté gauche, son glaive est parfaitement visible.
  • Il n'a ni étriers, ni selle mais une simple couverture.
  • Cette statue montre Charlemagne en empereur romain.

5) Lecture du portrait écrit par Eginhard :
"Charles était gros, robuste et d'une taille élevée, mais bien proportionnée et qui n'excédait pas en hauteur sept fois la longueur de son pied. Il avait le sommet de la tête rond, les yeux grands et vifs, le nez un peu long, les cheveux beaux, la physionomie ouverte et gaie... Bien qu'il eût le cou gros et le ventre proéminent, la juste proportion du reste de ses membres cachait ces défauts... Il s'adonnait assidûment aux exercices du cheval et de la chasse...Il aimait beaucoup encore les bains d'eaux naturellement chaudes et s'exerçait fréquemment à nager..."
D'après Eginhard (770-840) auteur de la Vie de Charlemagne

Illustrations :

Le sacre de Charlemagne, de Friedrich Kaulbach (1861) © Wikimedia Commons
Denier impérial en argent de Charlemagne, inspiré des modèles numismatiques romains © BnF
Statue équestre de Charlemagne ou de Charles le Chauve © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)
Charlemagne couronné Empereur par le pape Léon III (800), Grandes Chroniques de France, Paris, XIVème siècle (enluminure) Enluminure de Jean Fouquet. © BnF

À lire aussi

Ann-Patricia Pitois Article mis à jour le