Quelle était l'organisation politique de la Rome antique ?

Découvrez l'organisation politique et sociale de la Rome antique : la plèbe et les patriciens, les débuts de la République, les grandes familles, le sénat...

rome antique

L'activité des premiers Romains était essentiellement rurale. Les citoyens étaient groupés en trois tribus : Tities, Ramnes et Lucères.
Chacune de ces tribus, qui avaient un caractère territorial et peut-être ethnique, se divisait en dix curies, formées elles-mêmes par la réunion de plusieurs familles.

La réunion des curies constituait l'assemblée des comices curiates. À côté du roi, qui avait l'essentiel d'un pouvoir sans doute électif et viager. Les comices curiates jouaient un certain rôle dans le gouvernement.

L'assemblée des chefs des principales familles et le sénat conseillait le roi. Seule une partie du peuple (les praticiens) avait accès au sénat et aux comices. Ces patriciens étaient constitués des grandes familles, les gentes, qui honoraient un ancêtre commun. Auprès des gentes vivaient les clients, anciens esclaves ou pauvres gens qui voulaient être protégés par le chef de la gens, devenu leur patron.
En dehors des gentes de praticiens et de leurs clients, le reste des habitants de Rome constituait la catégorie des plébéiens. Ces-derniers n'avaient aucun droit et ne participaient pas au gouvernement de la cité. Comme la justice était rendue par les patriciens suivant la coutume, les jugements étaient défavorables aux plébéiens. Souvent, les plébéiens pauvres s'étaient endettés auprès des praticiens riches : lorsqu'ils ne pouvaient pas rembourser leur dettes, ils étaient vendus comme esclaves".

Les premiers temps de la République sont marqués par la lutte des plébéiens contre les praticiens, qui ont accaparé le pouvoir. Les magistrats ou consuls, qui ont succédé au roi, sont praticiens, de même que les sénateurs. Les comices curiates n'ont guère d'importance.
De nouvelles assemblées, les comices centuriates ont été organisés. Dans celles-ci, le pouvoir est dans les mains des riches propriétaires fonciers, c'est-à-dire ici encore aux praticiens. Pour obtenir l'égalité avec eux, les plébéiens usent de la "sécession". Plusieurs fois, ils se séparent des autres habitants de Rome pour aller vivre ailleurs.

Les praticiens, qui ont besoin de leur travail, les rappellent alors en leur accordant quelques concessions. Ainsi, les plébéiens obtiennent la création de cinq magistrats en 494 av J.-C., puis de dix magistrats en 471 av. J.-C, les tribuns de la plèbe, chargés de défendre leurs intérêts.

L'égalité de tous devant la loi a été codifiée par la loi des Douze Tables au milieu du Ve siècle av. J.-C.
Au début du IIIe siècle av.J.-C., les plébéiens auront obtenu l'égalité avec les praticiens.

Aussi, les premiers temps de République sont marqués par la conquête de l'Italie péninsulaire. L'instrument de la conquête, l'armée n'est pas permanente : elle se rassemble en temps de guerre. La légion romaine, comprend, à côté de quelques cavaliers, des fantassins.

Grâce à son armée, Rome, petite ville du Latium à la chute de la royauté, dominera l'Italie péninsulaire au milieu du IIIe siècle avant Jésus-Christ. Pour arriver à ce résultat, elle a dû mener de durs combats contre les peuples du Latium, qui comprend les Étrusques, les Gaulois, qui s'étaient installés dans la plaine du Pô. Ensuite, la Rome a dû mener d'autres guerres contre les Samnites et les villes grecques de l'Italie du Sud. Par la suite, ce fut les grandes conquêtes du IIe siècle avant Jésus-Christ. Ensuite, il y eut les crises de la République (133-27). Finalement, il a eu le haut-Empire et le bas-Empire romain aux Ier et IIe siècle.

À lire aussi

La rédaction de Mômes.net Article mis à jour le