Momes, le site des activités pour enfants !

Le film Buzz l’Éclair, un dessin animé de science-fiction partiellement lié à Toy Story

Buzz l'Éclair
© Disney Pixar

Surfant une nouvelle fois sur le succès croissant des spin-offs, la firme aux grandes oreilles continue d’agrandir son catalogue avec Buzz l’Éclair. On comptabilisait alors les spin-offs de la saga Star Wars (Obi Wan Kenobi, Solo et Andor attendu pour août), I am Groot chez Marvel et Gaston de la Belle et la Bête en cours de production. Mémorable dans les aventures de Toy Story, Buzz l’Éclair revient aujourd’hui, le 22 juin 2022 dans les salles obscures.

Le spin-off aux allures de film de science-fiction

Buzz L’Éclair se présente comme étant le film éponyme à partir duquel le jouet de Toy Story a été créé. "En 1995, Andy a reçu un jouet de son film préféré. Voici ce film." nous énonce-t-on dans le générique. Pas de mensonge, le film ne tirera pas son essence des aventures de Buzz l’Éclair, tel qu’on le connaît. Le scénario, et la justification nécessaire en début de film le prouvent. Le spectateur ne reconnaîtra en rien le Buzz l’Éclair d’Andy dans Toy Story, excepté sa super combinaison, son caractère solitaire et tenace. Non, le héros n’est qu’un prétexte pour offrir au public un magnifique animé intersidéral. Et ce n’est pas grave ! La qualité des effets spéciaux de ce dessin animé nous plonge les yeux grands ouverts vers le vide astral. Du pur bonheur pour les fans de science-fiction qui n’est pas sans rappeler Star Wars ou Interstellar par certains abords.

Quelle quête pour le héros ?

Après avoir atterri sur une planète hostile, le vaisseau se trouve endommagé. Dans l’impossibilité de repartir, Buzz l’Éclair se met martel en tête. C’est le « quoi qu’il en coûte » du Covid. Ses échecs l’entraînent dans une spirale temporelle dont il ne semble pas souhaiter sortir tant qu’il n’a pas achevé sa mission : « rentrer à la maison ». Alors que les autres personnages s’adaptent, Buzz l’Éclair semble se complaire dans sa quête, coincé dans un présent/futur qu’il n’a pas vécu. Le temps passe, la quête justifie-t-elle la perte de repères et les années qui filent ? La morale est intéressante. La première partie de cette quête est tout de même un brin longuet par un principe de répétitions d’actions. Elle retrouve un certain souffle en seconde partie de film (mais elle est aussi vite dénuée de sens). Buzz et ses nouveaux alliés, une clique de bras cassés, doivent affronter Zurg, l’ennemi juré de Buzz l’Éclair. A ceci près que le méchant n’est pas vraiment celui auquel on s’attendait. Là, l’intrigue ne fait pas office d’éclair de génie… partiellement expliquée et explicable. Elle a toutefois l’avantage de déconstruire en grande partie le héros avec un nouvel enseignement : on est plus fort à plusieurs.

Un dessin animé graphiquement attrayant, qui conquerra petits et grands mômes. On ne savait pas à quoi s’attendre, vous admettrez qu’on ne pouvait pas l’imaginer. Alors pour voir ce film, oubliez Toy Story et l’infinie tendresse que vous aviez pour ce Pixar, allez au-delà !

En vidéo : Buzz l'Éclair - Bande annonce

A lire aussi