Gaspard dans la nuit

Un album jeunesse sur les peurs enfantines liées à la nuit et sur la force de l'imagination et des rêves pour les surmonter.

  • 6 - 8
    âge
Gaspard dans la nuit

Titre du livre: Gaspard dans la nuit

Auteur: Seng Soun Ratanavanh

Illustrateur: Seng Soun Ratanavanh

Éditeur: La Martinière Jeunesse

Date de sortie du livre: 08.10.2020

Prix du livre: 13,90€

Auteur du conte : Seng Soun Ratanavanh

Blotti dans son lit, Gaspard attend le sommeil qui ne vient pas, la nuit l'intimide un peu beaucoup, les ombres ne sont-elles pas habitées, un bruit n'est-il pas suspect ? Seul dans l'obscurité, si seul... jusqu'à l'arrivée d'une petite souris qui croit pouvoir l'aider à trouver un ami, ou au moins le sens de l'amitié. Leur quête les conduira dans toutes les pièces de la maison, où ils vont faire de drôles de rencontres...

Un album tout en délicatesse sur les peurs enfantines et l'amitié qui s'impose sans qu'on s'en rende compte, une histoire du soir qui se referme sur la puissance du rêve grâce à l'immense talent de Seng Soun Ratanavanh.

 

Notre avis

Quand on est enfant, et cela arrive également aux plus grands, l’arrivée de la nuit est parfois synonyme de peurs et d’angoisse. Gaspard dans la nuit est un très joli album jeunesse qui aborde le sujet sous un biais poétique où l’imagination efface petit à petit tout ce qui pourrait être un frein à l’arrivée du sommeil. Les illustrations sont extrêmement riches et sont composées comme des rêves peuplés de personnages qui sont autant de rencontres et de pas vers une sérénité retrouvée. Au final, le petit Gaspard qui redoutait tant l’arrivée de la nuit (et de l’ennuie) au début de l’histoire, en vient à donner rendez-vous, dès le lendemain, à tout ce petit monde onirique. On se laisse volontiers embarquer dans les rêveries de Gaspard grâce aux magnifiques illustrations même si la construction du texte peut être déroutante. Mais n’est-ce pas ainsi que sont articulés tous les rêves, sans les contraintes ou les règles du monde éveillé ?

À lire aussi

Till the cat Article publié le